En France, la pandémie de Covid-19 a mis sur le devant de la scène des gens dont on entend habituellement peu parler. Les caissières, les livreurs, les aides-soignantes, et bien d'autres, dont on a découvert à quel point leurs fonctions étaient essentielles pour le fonctionnement de nos sociétés et à quel point ils étaient mal payés.

Cette question des bas revenus n'est pas une découverte. Depuis deux ans (2018), le mouvement des Gilets jaunes l'a mise à la Une de l'actualité française. Les salaires ne progressent pas et ne suffisent pas pour les bas d'entre eux à assurer un niveau de vie conforme au développement du pays. La question n'est pourtant pas limitée à la France. C'est une problématique globale, nous le découvrirons dans cette émission. D'où les questions posées au cours de l’émission. Pourquoi les salaires stagnent-ils ? Est-ce un hasard ou le fruit d'une politique voulue ? Est-il possible de revenir à une phase de hausse généralisée des salaires ?

Pour y répondre, deux invités :- Patrick Artus est chef économiste de la banque Natixis et professeur associé à l'École d'Économie de Paris. Il vient de publier, aux éditions Odile Jacob, un livre qui s'intitule 40 ans d'austérité salariale, comment en sortir ?- Philippe Askenazy est directeur de recherche au CNRS, professeur à l'École Normale Supérieure. Son dernier ouvrage Le partage des richesses est paru chez Odile Jacob. Le livre précédent Tous rentiers paraîtra dans sa version augmentée et actualisée en janvier 2021 en langue anglaise sous le titre : Share the Wealth : How to End the Rentier Capitalism. Ce sera chez Verso book.

C'est le témoignage d'une employée des magasins Carrefour pendant une manifestation organisée, la semaine dernière, à Paris par les organisations syndicales. Parmi les revendications la hausse des salaires. David Baché du Service économie de RFI était sur place.

La question salariale tourne aujourd’hui au malaise, comme on peut le constater en France, au travers des « marches pour l’emploi et la dignité ». L’une d’entre elles a eu lieu à Marseille. C'est un reportage Éco d'ici Éco d'ailleurs signé Stéphane Burgatt.

Un autre exemple avec ce qui se passe en Turquie où, après plusieurs années de forte croissance sous la houlette du président Recep Tayyip Erdogan, l'économie est embourbée dans les difficultés depuis 2016, avec notamment une inflation à deux chiffres et une monnaie défaillante. Le pouvoir d’achat des Turcs en est d’autant plus affecté que leurs salaires n’augmentent pas, sur fond de chômage structurel. À Istanbul, c’est un reportage d'Anne Andlauer​​​​​​​.

Au Québec, environ 20% des actifs sont considérés comme mal payés. Une proportion relativement stable depuis 10 ans, mais l’âge des gens concernés augmente. Autrement dit, il ne s’agit pas d’emplois étudiants, mais en bonne partie de citoyens qui vont garder cette basse rémunération toute leur carrière. De façon générale, le secteur des services qu’il s’agisse des soins aux enfants ou encore de la restauration, ou de la vente dans les magasins d’alimentation reste mal rémunéré. Pascale Guéricolas a rencontré quelques-uns de ces salariés à Québec.