Leurs montants ont explosé avec la crise sanitaire, les plans de relance des économies et la guerre en Ukraine: les dettes publiques contractées par les États du monde entier reviennent sur le devant de la scène et préoccupent les gouvernants. Comment réduire cette facture historique quand l’inflation, la hausse des taux d’intérêt et les menaces de récession sont les urgences du moment. 

Une situation qui relance également plusieurs débats de fond : faut-il rester accrochés aux règles budgétaires quand les dépenses liées à la Défense ne cessent de croître ? Le poids de la dette peut-il justifier les politiques d’austérité ? Quels sont les liens entre les dettes souveraines et les évolutions monétaires, quand la montée en puissance du dollar met en danger les budgets des pays utilisateurs de l’Euro ou du France CFA ?

La nature de la dette a-t-elle changé, lorsque l’on sait que les créanciers privés et les investisseurs obligatoires sont de plus en plus nombreux sur ce marché lucratif ? Y a-t-il de bonnes et de mauvaises dettes ? Faut-il taxer les grandes entreprises multinationales, notamment énergétiques, pour compenser les déséquilibres entre pays riches et pays en développement ? Les pays africains doivent-ils renégocier les contrats passés avec leurs anciens colonisateurs et avec les créanciers plus récents comme la Chine ? Pour répondre à ces très nombreuses questions, deux spécialistes de tout premier plan sont les invités d’Éco d’ici, Éco d’ailleurs. 

 

NOS INVITÉS : 

 - Léonce Ndikumana, économiste burundais, professeur émérite d’Économie à l’Université de Massachussets (États-Unis), membre de la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT), aux côtés du prix Nobel d’économie Joseph E. Stiglitz, de l’économiste indienne Jayati Ghosh et du Français Thomas Piketty. Auteur de « La dette odieuse de l'Afrique: comment l'endettement et la fuite des capitaux ont saigné un continent » et « On the Trail of Capital Flight from Africa » (2022)

  • Anne Laure Kiechel, présidente fondatrice de la Société de conseil Global Sovereign Advisory, experte des questions de dette, restructuration de dettes et financements. Membre du Comité des politiques de développement (ONU). 

 

EN FIN D’ÉMISSION : 

Entretien avec Abdoulaye Tall, ministre du Développement industriel, du Commerce, de l'Artisanat et des PME du Burkina Faso. Interrogé par Olivier Rogez, du service Économie de RFI, il détaille les principaux défis que tente de relever son pays : hausse des prix des produits de première nécessité, pénurie de ressources énergétiques et d’engrais, terrorisme, etc.