Gilbert Houngbo, grand invité de l’économie RFI - Jeune Afrique, s’apprête à prendre un poste prestigieux et stratégique (c’est le premier africain à le faire) : la direction de l’Organisation internationale du travail, instance de l’ONU créée en 1919 dans la foulée de la Première Guerre mondiale. L’OIT affirmait alors un principe : une paix universelle et durable ne peut se bâtir que sur la base de la justice sociale.

Des valeurs qu’entend défendre l’ancien Premier ministre togolais qui a accueilli Bruno Faure (RFI) et Julien Clémençot (Jeune Afrique) au siège de l’organisation à Genève (Suisse). Fervent partisan du dialogue social et politique, en toutes circonstances, celui qui jusque-là présidait le Fida (Fonds international de développement agricole), s’exprime sur tous les grands sujets du moment qui concernent le continent africain : catastrophes climatiques, crise alimentaire et énergétique, transition écologique, emploi des jeunes, égalité entre les genres, terrorisme… 

Gilbert Houngbo est aussi interrogé sur d’autres sujets sensibles tels que l’immigration économique, le travail des enfants, le travail forcé au Xinjiang, les droits des travailleurs au Qatar, à quelques semaines de l’ouverture de la coupe du monde de football. 

► Organisation internationale du travail