Le financier ivoirien Stanislas Zézé est notre Grand Invité de l’économie RFI / Jeune Afrique. Il est à la tête de Bloomfield Investment Corporation, une agence d'évaluation du risque de crédit en Afrique de l'Ouest et en Afrique Centrale, l’équivalent de Moody’s, de Fitch ou de Standard&Poors pour le reste du monde. Son activité consiste à évaluer la capacité d’une entreprise ou d’un État à rembourser ses dettes. Fils de militaire ivoirien, 5ème d’une fratrie de 10 enfants, il fait ses études en France, puis à partir du début des années 1990 aux États-Unis (Université de Michigan). 

Après avoir rêvé d’être avocat d’affaires, il opte finalement pour la finance pensant pouvoir agir avec davantage de force pour le continent africain. Il travaille (entre autres) pour la Banque mondiale à Washington, et la BAD (Banque Africaine de Développement). Stanislas Zézé fait aujourd’hui la promotion d’un livre autobiographique : «L’homme aux chaussettes rouges».

 

Durant plus de 45 minutes, Bruno Faure (RFI) et Julien Clémençot (Jeune Afrique) l’interrogent sur tous les grands sujets qui touchent l’actualité économique en Afrique : conséquences des coups d’État pour les échanges commerciaux et les affaires en général, sentiment anti-français, relations avec la Russie, risques liés au crédit et aux investissements (en RDC notamment), remboursement de la dette extérieure (notamment chinoise), prise en compte de la crise climatique dans l’évaluation financière. Celui que certains surnomment « le loup de la finance africaine » est également interrogé sur des thèmes plus politiques tels que la gouvernance en Afrique, la campagne présidentielle en Côte d’Ivoire suite au retour de Tidjane Thiam ou encore l’échec de la candidature de Didier Drogba (cousin de Stanislas Zézé) pour la présidence de la Fédération de football ivoirienne.  

 

Ils ont également participé à cette émission : 

  • Nicolas Kazadi, ministre des Finances de la République Démocratique du Congo

  • Tamarah Moutotekema, directrice générale d’Agridis, société évoluant dans le secteur de l’agroalimentaire au Gabon

 - Abdou Diop, associé gérant de Mazars Maroc, membre du board pour l’Afrique et le Moyen-Orient.