Quels sons urbains éveillent en nous des émotions ? Comment et pourquoi ? De quelle ville sonore rêvons-nous ?

Rediffusion du 17/01/2020

Lancé par la plateforme Écouter le monde, l’appel à participation « La ville rêvée » a invité des contributeurs du monde entier à capter et à transmettre des sons de leur environnement, désormais cartographiés et en libre accès sur la carte des sons. Mais comment bâtir « La ville rêvée » ? Est-elle mosaïque sonore, composée d’échos multiples d’autres cités ? Des auteurs et artistes s’emparent de paysages sonores pour construire leur « ville rêvée », réelle ou imaginaire.

Avec les contributeurs d’Écouter le monde, Monica Fantini a imaginé une ville d’eau, où les courants de Venise, de Paris, de Dakar ou du Caire s’infiltrent et s’entremêlent. Une cité mouvante et miroitante où tout se réinvente pour se reconstruire. Avec les contributions :

  • Pont de l'Alma, Paris, France : Les barges, d’Olivier Lasson

  • Le Caire, Égypte : Le chant du parapluie, de David Assoline

  • Osaka, Japon : Osaka style, de Pierre Ménard

  • Goudargues, Gard, France : Nager nu.e, un soir d'été, de Noémie Fargier

  • Djúpalónssandur, Islande : Plage de sable noir, d’Amélie Tagu

Au travers d’enregistrements de la vie ici et là et de créations sonores, la plateforme participative d’Écouter le monde se propose de collecter, d’éditer, d’archiver et d’exploiter un patrimoine sonore mondial.