Il se fait désormais discret dans les médias, terriblement jaloux de sa liberté deretraité.

Rarissime, ça, chez un homme politique. Je vous mets quelques indices dans la poche : socialiste, proche de Lionel Jospin, européen convaincu, membre actif de la Ligue des droits de l’homme, vigilant sur toutes les questions liées à l’antisémitisme, l’islamaphobie, l’homophobie, le sexisme, il reste dans l’imaginaire des Francais le maire de Paris qui aura bénéficié d’une belle cote d’amour. Élu, plébiscité, poignardé, regretté, lui qui ne veut plus jouer aucun rôle dans la politique française, a accepté de venir évoquer sa ville natale, Bizerte : là où enfance et adolescence tunisienne ont forgé en partie ses convictions d’homme politique français. C’est d’ailleurs assez joli de remarquer qu’il n’est pas le seul à être né ailleurs dans la classe politique : il y a aussi Édouard Balladur en Turquie, Jean-Luc Mélenchon au Maroc, Philippe Seguin en Tunisie, Ségolène Royal au Sénégal, Dominique de Villepin au Maroc, Manuel Valls en Espagne, etc... Être né ailleurs pour un homme politique français, ça c’est un programme !

 

→ La page twitter de Bertrand Delanoë ici

Les choix musicaux de Bertrand Delanoë :Gabriel Fauré Le cantique de Jean RacineRachid Taha Ya rayaBarbaraPerlimpinpin