L’entre-deux mondes est son monde. Un monde de mémoire silencieuse devenue Littérature. C’est aussi un monde qui babille entre créole guadeloupéen et patois ch’ti, sa première langue étant celle de la poésie, où le rose de la prose le dispute au noir et au blanc de la vie.

En Sol Majeur est heureux de faire sa rentrée avec Estelle-Sarah Bulle, une plume passionnée par les révolutions (françaises, arabes, haïtienne, gilets jaunes peut-être), sa révolution à elle étant l’écriture. Révélée avecLà où les chiens aboient par la queue(Prix Stanislas du 1er roman & prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde), elle devrait obtenir définitivement son Pass-litteraire avec Les étoiles les plus filantes (Liana Levi) où elle livre une sorte de making of d’Orfeu Negro, film culte et palme d’or 1959. Comme ça, l’air de rien, l’art de tout… 

Les choix musicaux d'Estelle-Sarah Bulle

Henri Salvador Ma doudou

Carmen par Jessye Norman  Près des remparts de Séville

Mario CanongeCé ou ki lanmou