Syrie, Irak, Libye, Méditerranée orientale, Caucase du Sud : la Turquie avance ses pions sur tous les fronts. Son président Recep Tayyip Erdogan fait cavalier seul, n’en déplaise à ses alliés de l’OTAN qui n’apprécient pas la volonté d’hégémonie d’Ankara... Exemple : la France.

Depuis quelques mois, les relations entre Emmanuel Macron et son homologue turc sont devenues exécrables tant les différends s’accumulent. Le dernier en date : le soutien de la Turquie à l’offensive militaire victorieuse de l’Azerbaïdjan contre les Arméniens du Haut-Karabakh. Autre pomme de discorde : la croisade menée par le président Erdogan contre la liberté de caricaturer - y compris le prophète- liberté d’expression défendue par la France... 

Alors qui pour freiner l’expansionnisme de Recep Tayyip Erdogan ? Pourquoi l’Europe est-elle incapable de contrecarrer les visées d’Ankara ? La Turquie reste-t-elle un allié fiable au sein de l’Otan alors qu’elle n’hésite pas à s’opposer à d’autres pays membres de l’alliance atlantique ? L’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche va-t-elle changer la donne ? Le président démocrate sera-t-il moins conciliant avec la Turquie que ne l’a été Donald Trump ? 

3 invités :- Dorothée Schmid, responsable du Programme Moyen-Orient et Turquie à l’IFRI, l'Institut français des Relations internationales. A publié La Turquie en 100 questions chez Tallandier- Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS, spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient et auteur de Géopolitique des mondes arabes chez Eyrolles- Jean-François Pérouse, maître de conférences à l’Université Toulouse-II, délégué auprès de l’Université Galatasaray à Istanbul. Co-auteur, avec Nicolas Cheviron, de Erdogan, nouveau père de la Turquie, aux éditions nouvelles François Bourin.