C’est une souffrance qui ne se voit pas. Pourtant, elle est bien réelle : la souffrance psychique des migrants. Les exilés seraient deux fois plus touchés par ces blessures invisibles que le reste de la population. Des blessures dues à leur histoire dans leur pays, leur parcours, souvent périlleux et difficile, et aggravées par les conditions de vie une fois en France. Pour les associations d’aide aux migrants, la santé mentale est un enjeu de santé publique pas assez pris en compte aujourd’hui.

Cliquez pour lire le webdocumentaire RFI «Les morsures de l'exil»