Il y a cinquante ans, la France engageait un combat de l’ombre contre le principal mouvement d’opposition nigérien, le Sawaba. Son objectif : sécuriser le président nigérien de l’époque, Hamani Diori. Cette lutte sera dirigée depuis Paris par Jacques Foccart, le conseiller du général de Gaulle sur les affaires africaines. Un homme puissant dont de nouvelles archives sont accessibles au public depuis le 1er janvier dernier. Laurent Correau a pu consulter ces documents aux archives nationales, certains sont inédits.