En vrai griot, Pascale Marthine Tayou, absorbe l’histoire du monde pour la raconter en sculptures hybrides et assemblages d’objets de récupération. Un art global et désinhibé, conjuguant symboles européens et africains. Cet artiste camerounais résidant en Belgique, sensation de la biennale de Venise en 2009, se joue souvent des contradictions de la mondialisation. Pascale Marthine Tayou, expose ses créations monumentales entre les vignes du domaine de Peyrassol, dans le Var, dans le sud de la France où José Marinho l’a rencontré.