La ville des Gonaïves, en Haïti, est régulièrement inondée lors de la saison des pluies. Bordée de collines, les eaux de pluie se déversent en contrebas car le manque d’arbres et l’érosion des sols empêchent l’infiltration des eaux dans le sol. Un groupe d’agronomes pense avoir trouvé une solution, en reboisant ces collines. 

Quelques minutes de pluie suffisent à transformer certains quartiers des Gonaïves, en Haïti, en mare. Entourée de collines, aussi appelées « mornes », la cité de l’indépendance est souvent inondée lors de la saison des pluies. Aucun arbre de pousse sur ces mornes : celui de Biénac, le plus proche de la ville, est aussi touché par une importante érosion : son sol ne retient pas les eaux de pluie qui se déversent, et les cailloux, le sable, la boue qu'elle transportent bouchent les canaux d'évacuation.

Alors un groupe de jeunes agronomes a l'intention de reboiser cette colline... Notre correspondant Ronel Paul les a rencontrés. Reportage.
États-Unis : Donald Trump perd un soutien de poids
Le décompte des voix se poursuit dans deux États, l’Arizona et le Nevada, trois jours après les élections de mi-mandat. Si le partage du pouvoir au Congrès reste incertain, il n’y a définitivement pas eu de « vague rouge » républicaine. Pour la presse américaine, Donald Trump en est le responsable. « Il est temps pour Trump d’abandonner la politique », lit-on par exemple dans le New York Post, tabloïd appartenant à la famille Murdoch, autrefois soutien de l’ex-président républicain. « Trump est le plus grand perdant du parti républicain », titre encore le Wall Street Journal, propriété également du groupe de médias conservateurs.

► À lire aussi : États-Unis: les médias du groupe Murdoch se détournent de Donald Trump
Au Chili, détricoter les stéréotypes de genre
Au Chili, un collectif d’hommes se rencontre régulièrement... pour tricoter. Dans ce pays conservateur, où trois personnes sur dix pensent que la masculinité « traditionnelle » est menacée, c’est-à-dire l’image de l'homme fort, puissant, qui ne pleure jamais, difficile d’accepter de voir des hommes prendre une aiguille et une pelote de laine. Ce collectif organise des ateliers, des conférences ou encore des performances, en public... notre correspondante a rencontré ces hommes engagés lors d’un après-midi « tricot » dans un parc du centre de Santiago. Reportage.
Et à la Une du Journal d'Outre-mer La 1ère : 
La lune de miel entre la compagnie Air Belgium et les Antilles va bientôt se terminer…