L'Équateur tourne la page du socialisme et retombe dans le giron de la droite. Guillermo Lasso, le candidat conservateur remporte le second tour de la présidentielle du 11 avril 2021. Avec 52% des voix, il bat son rival Andres Arauz, le dauphin de l'ex-président socialiste Rafael Correa qui totalise, lui, 48% des suffrages.

Il est entré par la fenêtre du second tour, mais est parvenu à renverser la tendance. Guillermo Lasso, 65 ans, qualifié de justesse pour le duel final en Équateur est parvenu à l’emporter, le dimanche 11 avril 2021. « On peut parler d’une surprise », reconnaît notre invitée Emmanuelle Sinardet, professeure de Civilisation latino-américaine à l'Université Paris Nanterre. Néanmoins d’après elle, « ce n’est pas une victoire de la droite (…) mais un vote qui espère des mesures progressistes ». Le nouveau président qui prendra ses fonctions, le 24 mai 2021, a promis d'ores et déjà d'accélérer la campagne de vaccination contre le Covid, de créer 2 millions d'emplois et retrouver l'équilibre budgétaire d'ici quatre ans. Mais, la tâche s'annonce compliquée. Son parti n'a pas de majorité au Parlement. Il devra donc « constamment négocier », selon Emmanuelle Sinardet.
L’émotion des catholiques haïtiens
Sept religieux catholiques, dont cinq Haïtiens et deux Français, ont été enlevés, le dimanche 11 avril 2021, en Haïti. C’est un groupe de 12 personnes, au total, qui a été kidnappé en matinée à la Croix-des-Bouquets, près de la capitale Port-au-Prince, alors qu'il se rendait à l'installation d'un nouveau curé. Les ravisseurs réclament un million de dollars de rançon. L’émotion est grande, ce lundi, au sein de la communauté catholique, comme en témoigne Monseigneur Dumas, le vice-président de la conférence épiscopale. Il dénonce l'absence de réponse des autorités face à ces enlèvements qui rythment la vie des Haïtiens depuis des mois. « On a l'impression que le pays n'est plus dirigé », dit-il.
Les Péruviens dans l’attente des résultats des élections
Les Péruviens attendent, ce lundi 12 avril 2021, le résultat du premier tour de l'élection présidentielle. Selon les premiers résultats partiels délivrés par l'Office national électoral portant sur 38% des suffrages, Pedro Castillo (gauche radicale) arrive en tête avec 15,9% des voix, devant l'économiste libéral Hernando de Soto (14%). Arrivent ensuite l'homme d'affaires Rafael Lopez Aliaga (extrême droite), puis Keiko Fujimori (droite populiste), la fille de l'ex-président Alberto Fujimori (1990-2000), candidate pour la troisième fois. Ces résultats serrés pourraient évoluer au fil du décompte officiel des voix.