Le footballeur argentin Lionel Messi débarque au PSG. Le sextuple Ballon d’or a été chaleureusement accueilli par les supporters parisiens. De leur côté, les Argentins pourraient bien s’intéresser un peu plus à la Ligue 1 française, comme nous l’explique Alejandro Valente, chef du Service des Sports de RFI.

Sur les réseaux sociaux, on le constate déjà : les fans de football demandent déjà sur quelle chaîne ils pourront suivre les matchs du PSG. « Je pense que le PSG va être beaucoup plus largement diffusé, pas seulement sur des chaînes payantes et méconnues, mais plutôt sur des chaînes importantes », d’après Alejandro Valente, chef du Service des Sports de RFI. À ses débuts, Lionel Messi n’était pas forcément apprécié des Argentins : il n’y a jamais joué en championnat, on lui reprochait un manque d’attachement au pays. Puis, « depuis quelques années, Messi se montre beaucoup plus patriotique dans ses prises de position : cela a plu aux Argentins ». Les médias eux aussi suivent aujourd’hui passionnément le transfert de la « Pulga », la puce, en français. « Les médias sont d’ailleurs très contents, ils pensent que c’est un pas en avant pour Messi : il rejoint une équipe plus compétitive et il va, selon eux, mieux préparer la Coupe du monde. »

L’Argentin ne sera pas dépaysé dans la capitale française, puisque « le PSG est presque une équipe latino-américaine », souligne Alejandro Valente. Il y a déjà de nombreux joueurs latino-américains : les Argentins Paredes, Di Maria, Icardi, les Brésiliens Marquinhos et Neymar. L’entraîneur Pochettino est lui-même argentin.
Saison cyclonique en Haïti : les habitants des Gonaïves sur le qui-vive
Alors que la tempête Fred se rapprochait d’Haïti ce mercredi matin 11 août, la population des Gonaïves craint la saison des cyclones. La ville est mal équipée pour faire face à d’importantes intempéries : les infrastructures ne sont pas entretenues comme il le faut. À la moindre averse, les égouts sont prêts à déborder. « On vit avec la peur, déclare Daphné Jean, mère de trois enfants, à notre correspondant aux Gonaïves, Ronel Paul. L’eau pourrait nous envahir à n’importe quel moment. Je ne sais même pas s’il y a des autorités aux Gonaïves, tellement elles sont inexistantes. Ici, je ne vois que des habitants comme nous. »

Le directeur technique départemental de la Protection civile, Faustin Joseph, pointe un manque de matériel : « Toutes les conditions sont réunies pour que la ville soit inondée. Nous devrions intervenir avant même l’arrivée d’un ouragan. » Il rappelle que la population peut aider à entretenir les canaux, « tout simplement en évitant d’y jeter des déchets ».