Après le sommet du G7, le président américain poursuit sa tournée européenne. Joe Biden est à Bruxelles, ce 14 juin 2021, pour le sommet de l’Otan, avant de rendre à Genève en Suisse pour sa rencontre avec Vladimir Poutine.

Quelques heures avant l’ouverture du sommet de l’alliance Atlantique Nord ce lundi 14 juin 2021, Joe Biden a appelé ses alliés de l'Otan à affronter ensemble les nouveaux défis posés par la Chine et la Russie. « Il y a une prise de conscience croissante, ces deux dernières années, que nous avons de nouveaux défis. Nous avons la Russie qui n'agit pas d'une manière conforme à ce que nous avions espéré. Et aussi la Chine », a-t-il estimé lors de son premier entretien avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. Joe Biden « veut mettre l’accent sur la promotion de la démocratie et la défense des droits humains », estime notre invité Jonathan Paquin. Ce professeur de Sciences politiques à l'Université de Laval à Québec souligne néanmoins les divergences au sein de l’Otan « quant à la perception des menaces ». En désignant les menaces de la Chine et de la Russie comme défis principaux « c’est l’Amérique d’abord », selon Jonathan Paquin qui estime que Joe Biden « poursuit ses propres intérêts de politiques étrangères ».
La faible mobilisation au Chili aux régionales
La capitale chilienne est reconfinée depuis ce week-end face au nouveau pic de Covid. Mais à Santiago comme dans le reste du pays, le second tour des élections régionales a pourtant eu lieu dimanche 13 juin. Un scrutin inédit. Auparavant, les gouverneurs régionaux étaient nommés par le pouvoir exécutif. Seuls 20% des électeurs se sont déplacés et droite au pouvoir essuie une lourde défaite. Pour l’expert électoral Mauricio Morales interrogé par le quotidien La Tercera, l'abstention s’explique par « la fatigue des citoyens à cause d’un excès d’élections en très peu de temps ».
De nouvelles arrestations d’opposants au Nicaragua
La police nicaraguayenne a arrêté, dimanche 13 juin 2021, cinq dirigeants connus de la dissidence sandiniste, dont l'ancienne guérillera Dora Maria Tellez, l'une des voix les plus critiques du gouvernement de Daniel Ortega. Quelques heures plus tard, la police a annoncé l'arrestation du président d'Unamos, Suyen Barahona Cuan, et du vice-président du parti, le général à la retraite et dissident sandiniste Hugo Torres. À mesure qu’approche la présidentielle de novembre, l’opposition au président en poste depuis 14 ans, est réduite au silence.