Le verdict a été salué par le président Joe Biden lui-même : les trois accusés blancs ont été jugés coupables du meurtre de l’Afro-Américain Ahmaud Arbery. Ils avaient poursuivi le jeune homme de 25 ans, qui faisait un footing en février 2020 dans une ville de Géorgie, avant de le tuer par balle.

L'affaire avait alimenté le mouvement Black Lives Matter aux États-Unis, la vidéo du meurtre avait horrifié l’Amérique. Les trois accusés invoquaient la légitime défense, au nom d’une loi autorisant les arrestations citoyennes en Géorgie. Ils disaient avoir cru que le jeune Afro-Américain Ahmaud Arbery était un voleur. Ils avaient tué par balle le jeune homme, non armé, qui faisait son jogging. Leur défense n’a pas convaincu le jury qui ne comptait pourtant qu’une seule personne noire. Et signe de l’importance de ce procès : le président Joe Biden a immédiatement salué le verdict… tout en rappelant qu’il y a encore « beaucoup de travail » pour parvenir à l’égalité aux États-Unis. Leur peine sera annoncée dans les prochaine semaines. L’affaire fait la Une des journaux américains. Pour le Daily News de New-York, c’est une « leçon à une Amérique habituée à sauter par réflexe sur des conclusions politiques erronées ».

Cependant, rappelle le Savannah Morning News, les trois condamnés vont sûrement faire appel. Le Washington Post estime en tout cas que «justice est rendue», mais rappelle que le meurtre d'Arbery a failli être étouffé par les autorités de Géorgie. Avant la publication de la vidéo où l’on voit le meurtre du jeune homme, les procureurs avaient déclaré que l’affaire ne constituait pas un véritable crime.

 

Nicaragua : l’étau se resserre autour des dernières voix critiques

Le régime Ortega a lancé une nouvelle vague d’arrestations. Parmi elles, celle d’Edgar Parrales, ancien sandiniste qui critiquait ouvertement le gouvernement de Daniel Ortega. Vilma Nuñez, la présidente du Cenidh, le Centre nicaraguayen pour les droits de l'homme, dénonce cette nouvelle arrestation au micro de RFI : « C'est l'une des voix critiques, des voix libres qui étaient restées dans le pays. Ils l'ont arrêté de manière totalement irrégulière. Les agents de police ont agi comme des délinquants: deux personnes en civil, dans une voiture bleue qui n'appartient pas à la police.» D’après la Prensa, l’ancien prêtre de 79 ans, aujourd’hui politologue, est la personne actuellement la plus âgée détenue par le régime de Daniel Ortega.

 

Remaniement ministériel en Haïti

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a procédé, mercredi 24 novembre 2021, à un remaniement de son gouvernement après des semaines de négociations avec certains partis d'opposition, en appelant à renforcer le «front commun contre l'insécurité» face aux gangs qui dominent la capitale.

Huit nouveaux ministres ont été nommés par M. Henry qui, en plus de sa charge de chef du gouvernement, endosse désormais le portefeuille de la Culture et de la Communication. Le Premier ministre a remplacé les titulaires des ministères des Affaires étrangères et de la Justice, en nommant respectivement Jean Victor Généus et Berto Dorcé. Ricard Pierre, ancien sénateur et figure de l'opposition, devient ministre de la Planification et de la Coopération externe, un portefeuille-clé en Haïti dont le budget dépend largement des aides de la Communauté internationale. Les nouveaux ministres de l'Éducation et de la Santé retrouvent des postes qu'ils avaient déjà occupés sous de précédentes administrations. Ce remaniement intervient dans le cadre d'un accord signé, en septembre 2021, entre quelques partis de l'opposition, des organisations de la société civile et Ariel Henry.