Un an après le début de la pandémie de Covid, et la fermeture des écoles dans la plupart des pays, de très nombreux élèves n’ont toujours pas repris les cours en présentiel. Région la plus touchée du monde en matière d’éducation: l’Amérique latine et les Caraïbes, où 114 millions d’élèves de 12 pays sont toujours cantonnés à l’extérieur de leurs établissements scolaires.

En tête au nombre de jours de classe perdus, le Panama. 900 000 élèves sont concernés. Dans ce petit pays d’Amérique centrale, on craint le décrochage scolaire définitif, et les cas de dépression, tandis que les cas de violences ou d’abus sexuels ont augmenté. Chaque semaine qui passe augmente encore les risques. Quelques écoles devraient rouvrir la semaine prochaine, mais le retour à l’école n’est pas pour autant la solution miracle, certains parents y sont peu favorables compte tenu de la virulence encore du virus. Reportage à Panama de Grégoire Pourtier.
Massacres et silence en Haïti
Un nouveau massacre de gang a ensanglanté le quartier défavorisé de Bel Air, dans la capitale Port-au-Prince. Des détails ont été donnés hier par le réseau national de défense des droits de l’homme en Haïti qui fait état de 13 personnes tuées entre le 31 mars et le 1er avril, et plusieurs maisons incendiées. Les autorités elles restent silencieuses, sur cette affaire comme au sujet de l’opération ratée de Village de Dieu, le 12 mars 2021, ou encore la spectaculaire évasion de Croix des Bouquets, fin février 2021, nous rappelle Frantz Duval, le rédacteur en chef du Nouvelliste.
Dernier jour de campagne en Équateur
Dimanche 11 avril 2021, les Équatoriens sont appelés à départager les deux finalistes de la présidentielle. Dernier jour de campagne ce 8 avril 2021. C’est donc la dernière ligne droite pour « Andrés Arauz, âgé de 36 ans, qui représente la ligne idéologique de l’ancien président Rafael Correa et donc la version équatorienne du socialisme du XXIe siècle, et Guillermo Lasso, 65 ans, représentant du conservatisme libéral », constate El Mercurio. Le journal rappelle que le vote est obligatoire en Équateur et que les électeurs qui ne se rendront pas aux urnes risquent de devoir payer une amende.