À l'occasion de la journée spéciale «Vaccins : il en faut pour tout le monde» ce lundi 19 avril 2021 sur RFI, nous nous intéressons aujourd’hui à la stratégie vaccinale en Amérique du Sud, l’une des parties du monde la plus touchée par le virus du Covid. Le sous-continent américain qui se débat avec la propagation des variants brésiliens.

Les vaccins, arme sanitaire, arme diplomatique, devenus un enjeu primordial. Champion en matière vaccinale, le Chili est l'un des pays les plus avancés au monde grâce notamment au Coronavac, remède chinois dont l'efficacité empêcherait la mort dans 80% des cas selon une étude qui vient d'être publiée. D’autres pays latino-américains se sont tournés vers le Spoutnik V russe. « Une stratégie du chacun pour soi », selon notre invité Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur associé à l’Iris. « Les pays latino-américains ont tapé à toutes les portes, vers la Chine et la Russie, qui en recueillent des retombées positives en matière d’influence et en matière diplomatique, même si ce n’était pas l’objectif (…) La Chine était le seul pays en mesure de répondre à l’urgence ».

 
La Colombie à la peine face au Covid
Le pays est, depuis deux semaines, en alerte rouge. Les grandes villes sont de nouveau confinées sur le principe de «l'accordéon». C'est-à-dire 4 jours avec un couvre-feu de nuit et 3 jours de confinement continue. Mais, les chiffres continuent d'augmenter et un pic de décès est attendu pour cette semaine. Jusqu'à présent, le pays compte plus de 2,6 millions de cas Covid pour environ 68 000 décès. La ville de Medellin dans le département d'Antioquia fait partie des villes où la situation est la plus critique.

 
À Cuba, Raul Castro s'en va
Au dernier jour du 8ème congrès du Parti communiste cubain, ce 19 avril 2021, le frère de Fidel passe la main. Un moment historique après six décennies de pouvoir des frères Castro. Les délégués du PCC ont élu hier (18 avril) leur nouveau Comité central qui va, à son tour, élire aujourd’hui la direction politique du parti. Raul Castro laissera ainsi son siège de premier secrétaire à l'actuel chef de l'État, Miguel Diaz-Canel.