C’est l’une des rares bonnes nouvelles face au climat politique et sécuritaire chaotique : la pandémie de Covid en Haïti est stable. À ce jour (14 janvier 2022) 780 morts ont été enregistrés selon les chiffres officiels, depuis l'entrée du virus dans le pays en mars 2020. Et si les nombreux cas détectés dernièrement semblent confirmer la présence d’Omicron, le variant n’est peut-être pas une mauvaise nouvelle.

La République Dominicaine voisine et la Floride, où voyagent quantité d’Haïtiens, ont recensé le variant Omicron sur leur sol, ce qui a entraîné une hausse fulgurante de cas. En Haïti, où quasiment seuls les gens qui prévoient de prendre un avion se font tester, les statistiques restent très faibles. Haïti a été parmi les derniers pays au monde à débuter sa campagne de vaccination, en juillet 2021, et depuis à peine plus de 100.000 personnes sont allées prendre des doses, soit bien moins qu’1% de la population. Covid, pas une priorité pour les Haïtiens. La probable arrivée du variant Omicron rappelle à la population l’existence de l’épidémie mais pour le Dr Pape, ce développement de la pandémie pourrait être une bonne chose, Haïti pourrait atteindre l’immunité collective sans la vaccination de masse.

 
 Salvador : des journalistes espionnés avec Pegasus
Les téléphones d’au moins 35 journalistes du Salvador travaillant pour six médias différents ont été espionnés par le logiciel Pegasus, révèle un nouveau rapport de l’ONG canadienne Citizen Lab, qui a analysé les téléphones de ces journalistes. Parmi les médias espionnés, le quotidien en ligne El Faro, réputé pour ces enquêtes. 22 journalistes de ce média ont été espionnés. Le journal La Prensa Grafica dénonce des méthodes qui viennent tout droit « des totalitarismes qui ont frappé l’Europe dans le premier tiers du XXème siècle », et se fait aussi l’écho du dernier rapport de Human Rights Watch sur le Salvador : « le président Bukele et ses alliés ont affaibli le système de contrepoids démocratiques (…) violant la Constitution à de multiples occasions ». Comment le président Nayib Bukele réagit-il à tout cela ? Dans un tweet, le président chante les louanges de la plage El Zonte.

 

 
Letitia James, celle qui fait trembler les puissants de New York
Pour les médias américains, elle est celle qui ose s’attaquer aux puissants, des grandes entreprises au président des États-Unis. Depuis son élection en 2018, la procureure générale de New York s’est fait une réputation nationale. Letitia James, première femme noire procureure générale de l'État de New York, que les New-Yorkais appellent Tish a toujours défendu les plus faibles. C’est aussi elle qui a causé la chute du puissant gouverneur de New York et qui mène, depuis 4 ans, plusieurs enquêtes sur les affaires de l’ancien président Donald Trump. À 63 ans, elle ne cache pas ses ambitions politiques. Son portrait avec Loubna Anaki.