Cette semaine, nous allons à Pointe-Noire en République du Congo, où s’est tenue la 7ème édition du Forum International sur l’Economie Verte, les 17, 18 et 19 mai 2016.
Avant toute chose, il importe de s’entendre sur les mots. C’est-à-dire définir ce qu’on appelle économie verte. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), l'économie verte est une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l'équité sociale, tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources.
L’économie verte, c’est donc une économie qui, à long terme, utilise moins ou mieux la ressource énergétique et les matières premières non renouvelables, qui émet beaucoup moins de gaz à effet de serre, qui pratique la production et la consommation responsables, pense les productions en termes de cycle de vie, qui protège et rétablit les services éco-systémiques rendus par l’eau, les sols, la biodiversité, qui évalue les effets des décisions sur les générations futures.
A présent, l’évènement qui nous occupe, le Forum International sur l’Economie Verte. Ce Forum International sur le Green Business est un évènement pionnier sur le continent, organisé par la Chambre de Commerce, d'Industrie, d'Agriculture et des Métiers de Pointe-Noire, le gouvernement congolais ainsi que la Communauté économique des États d'Afrique centrale. Et cette année 2016 marque la 7ème édition.
 
 
Invités :

  • Rosalie Matondo, ministre de l’Economie Forestière, du Développement Durable et de l’Environnement.
  • Tabuna Honoré, expert Valorisation Biodiversité et Economie de l'Environnement à la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale.
  • Didier Mavouenzela, président de la Chambre de Commerce d’Industrie d’Agriculture et des Métiers de Pointe-Noire.
  • Blanche Yengué, directrice de la Valorisation et du Marketing, à l’Agence congolaise de la Faune et des Aires protégées
  • Gregoire Bani, directeur général de l’institut national de la Recherche agronomique du Congo
  • Hindou Oumarou Ibrahim, coordonnatrice de l’Association des femmes peules autochtones du Tchad.
  • Aïssatou Diouf, chargée de plaidoyer changement climatique de l’ONG Enda Tiers-Monde à Dakar.       Production : Sayouba Traoré Réalisation : Pierre Chaffanjon