Pourquoi semble-t-il encore si difficile dans notre société de reconnaître la gravité des abus sexuels ? Voilà la question à laquelle tente de répondre le philosophe Marc Crépon dans « Ces temps-ci, la société à l’épreuve des affaires de mœurs. » 

Dans le cas de l'affaire Kouchner, comme l'année dernière dans celui de l'écrivain Gabriel Matzneff avec la sortie du livre Le consentement de Vanessa Springora, on observe qu'avant qu'éclate le scandale, il existait une forme de tolérance, voire de complaisance vis-à-vis de ces personnalités littéraires et politiques, qui avaient pourtant commis des actes criminels aux yeux de la loi.