L’Afghanistan a connu au cours des 40 dernières années de nombreuses interventions extérieures, que ce soient les troupes soviétiques en 1979, les États-Unis en 2001. Mais malgré cette histoire mouvementée, les seigneurs de guerre afghans ont survécu et restent des acteurs incontournables.

En ce moment, ils se repositionnent en prévision du retrait des troupes américaines induit par la signature d’un accord entre les États-Unis et les talibans qui va ouvrir une nouvelle page pour l’Afghanistan. Comment expliquer une telle longévité ? Romain Malejacq, professeur à l'université de Radboud aux Pays-Bas leur consacre un ouvrage : Warlord Survival, The delusion of State Building in Afghanistan, publié aux éditions Presses de l’université de Cornell.