Les arrêts cardiaques sont responsables en France d’environ 50 000 morts par an, alerte l’Académie Nationale de Médecine. L’organisme met ainsi en évidence un manque flagrant de formation de la population française aux premiers secours. C’est la raison pour laquelle une jeune pousse française a développé le premier défibrillateur au monde entièrement connecté, totalement automatique et portatif.

Rappelons que les arrêts cardiaques font 500 fois plus de victimes que les incendies domestiques et 15 fois plus que les accidents de la route en France. Pour tenter d’endiguer cette hécatombe silencieuse, la jeune pousse française Lifeaz a développé avec l'appui de cardiologues et des experts de l’industrie des dispositifs médicaux et du secourisme, un défibrillateur dénommé Clark. Cette appellation est évidemment une référence directe au nom d’emprunt que Superman utilise pour cacher sa véritable identité. Désormais, avec cet appareil connecté, automatique et portatif, le super-héro c’est vous ! Il permet à n’importe quelle personne sans aucune formation, de prodiguer en urgence une défibrillation ventriculaire, nous précise Célia Rich, Responsable pédagogique chez Lifeaz

« Notre appareil est totalement transportable, il pèse 1,3 kilo, ses dimensions de 21 par 21 sur 8 cm en font un objet à la fois design et compact. Clark qui a été conçu à Paris et fabriqué à Honfleur en Normandie est un appareil connecté, l’intérêt de cette connectivité était d’assurer la maintenance à distance du défibrillateur. Son utilisation est simplissime et entièrement automatisée. Il suffit de le mettre en marche et alors une voix vous guide de A à Z. Il vous rappelle au préalable d’alerter, si ce n’est pas déjà fait, les services d’urgence, puis Clark vous indique pas à pas les procédures à exécuter. En premier, il s’agit de dégager les vêtements qui couvrent la poitrine de la victime, d’apposer précisément les électrodes sur son thorax. Une fois ces opérations réalisées, l’appareil vous demande de vous écarter légèrement du corps de la personne, afin de commencer une analyse. Quand cette investigation est accomplie et si les mesures indiquent qu’il convient de délivrer un choc, le défibrillateur y procède automatiquement. Quand la défibrillation est effectuée Clark vous invite en complément à réaliser un massage cardiaque, toujours en vous guidant verbalement pour bien positionner vos mains. Cette procédure est à exécuter jusqu’au moment où l’appareil signale qu’il lance une nouvelle analyse de l’état cardiaque de la victime. Le défibrillateur effectuera ce cycle de contrôle toutes les 2 minutes, jusqu’à l’arrivée des secours. »

Par rapport à certains pays, la France semble accuser un retard flagrant en ce qui concerne la prévention des risques cardiaques et la formation de sa population aux premiers secours. Les chances de survie des personnes dont le cœur s’est arrêté de battre, sont seulement de 5 % dans l’Hexagone, du fait de la nécessité d’intervenir en urgence dans les quatre premières minutes. À titre de comparaison, avec plus de 80% de personnes formées et des défibrillateurs en état de marche déployés à tous les coins de rues, la ville de Seattle, aux États-Unis affiche aujourd’hui plus de 60% de taux de survie. Et pour en finir avec les idées reçues, les arrêts cardiaques qui touchent autant les hommes que les femmes ne concernent pas seulement nos anciens. La moyenne d'âge des victimes est d'environ 60 ans, et même de 40 ans chez les sportifs amateurs. 

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr