Il y a pratiquement dix ans, la firme américaine Google lançait ses lunettes connectées. Mais les Google Glass n’ont jamais réussi à séduire le grand public qui considérait, à l’époque, que les performances de ce gadget, étaient bien en deçà du moindre de leur smartphone. Depuis, le concept a été repris par le secteur de la santé connecté avec des lunettes de téléassistance pour les personnes âgées capables de prévenir les chutes et d’alerter en cas d’urgence.

Selon une étude de Santé publique France, les chutes sont la première cause de mortalité chez les plus de 65 ans. Elles représentent, par ailleurs, plus de la moitié des hospitalisations pour traumatisme chez les personnes âgées. L’amélioration de l’autonomie et le maintien au domicile en toute sécurité des seniors, qui représentent actuellement plus de 20% de la population française, est donc devenu à ce titre un véritable enjeu de société. 

C’est la raison pour laquelle l’entreprise européenne de la santé connectée et de la téléassistance Tunstall a développé en collaboration avec une enseigne de lunetterie en France des modèles de lunettes « antichute ». Ce dispositif d’alerte discret et non stigmatisant, à la différence des autres appareils de surveillance plus intrusifs comme la webcam, possède une quinzaine de capteurs qui sont directement embarqués dans les branches des lunettes de vue.  

« Il faut rappeler que 90% des séniors sont déjà porteurs de lunettes de corrections, cet objet d’un usage courant est non stigmatisant et il est souvent considéré comme un accessoire de mode, note Frédéric Anger, responsable communication de Tunstall France. On comprend ainsi pourquoi les lunettes de vue sont devenus les vecteurs idéaux des technologies de téléassistance, notamment pour nous aider à bien vieillir.

Nous avons mis au point et développé avec une société privée des lunettes qui sont en capacité de détecter jusqu’à 95% des chutes, alors que les autres appareils d’un usage plus contraignant, comme des bracelets électroniques, se révèlent moins performants.

Quand nos lunettes détectent une chute, un message d’alerte via le smartphone de la personne est envoyé à notre plateforme d’assistance qui est disponible 24h/24 et 7j/7. Un chargé d'écoute intervient immédiatement en la contactant, si elle ne répond pas, le téléopérateur prévient le réseau de solidarité qui a été mis en place proche de son domicile, les membres de sa famille et les services d’urgences si nécessaire. »       

La société Tunstall Vitaris, présente dans 22 pays européens, estime que la France est en retard sur l’adoption de dispositifs de téléassistance. Comparativement, l’Espagne, le Royaume-Uni ou encore le Danemark ont généralisé des systèmes « antichute » distants auprès de leurs seniors de plus de 75 ans.

Par ailleurs, les confinements successifs pour lutter contre la Covid-19 ont mis en évidence l'importance des dispositifs E-santé, qui permettent également de communiquer avec son entourage. En France, les seniors et les malades chroniques, qui n’en étaient pas équipés, ont dû affronter en plus de l’angoisse d’une contamination, les affres d’un isolement forcé.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr