Une société italienne a développé un système de jardin aquatique qui permet de cultiver des tomates, du basilic, de la laitue ou encore des fraises directement à l’intérieur d’une structure transparente remplie d’air qui a été installée sur des fonds marins.

Cultiver son petit lopin de terre aux fonds des mers ! En voilà une idée que même le grand Jules Verne n’avait osé anticiper ! Par manque de place, aucun potager n’était prévu à bord du Nautilus qui parcourait, sans jamais faire surface, « 20 000 lieues, sous les mers ». Poissons, mollusques, crustacés, coquillages et pour toute verdure un peu de varech, ce menu quotidien obligeait les passagers du sous-marin à renoncer définitivement à leurs 5 fruits et légumes par jour.

C’était bien dommage constatait, il y a sept ans, Sergio Gamberini, un ingénieur chimiste italien dirigeant une entreprise de plongée sous-marine. Ce passionné des milieux maritimes en est convaincu : l’avenir de l’agriculture terrestre se trouve sous l’eau. Et il démontre avec sa société Nemo’s Garden installée à Noli, en expérimentant au large de la côte nord-ouest italienne, dans la mer Méditerranée des serres subaquatiques de son invention.

Principe de fonctionnement

Ses fermes sous-marines cultivent des tomates, du basilic, des haricots, des laitues ou encore des fraises. Les jardins de Nemo sont constitués de cloches translucides immergées en bord de littoral entre 6 et 8 mètres de profondeur. Ces structures, grâce au soleil, gardent les plantations à une température constante de 26°C, l’évaporation de l’eau de mer maintient un taux d’humidité de 83% à l’intérieur des serres.

La condensation naturelle qui en résulte ruisselle jusqu’aux végétaux, permettant ainsi de les alimenter sans aucun apport d’eau douce supplémentaire. L’air ambiant est directement renouvelé par la respiration des plantes qui rejettent de l’oxygène le jour et du CO2 la nuit. L’atmosphère en interne qui contient un taux de dioxyde de carbone plus élevé que sur terre, favorise la croissance rapide des plantes. Les cultures sont surveillées par des caméras, et des agriculteurs-plongeurs récoltent presque quotidiennement leurs légumes.

Protégés des intempéries et des nuisibles, ces potagers sous-marins n'ont pas besoin d'intrants ou de produits chimiques. Leurs structures ont été conçues pour ne pas perturber l’écosystème aquatique environnant. L'objectif de la société Nemo's Garden est de créer une « agriculture subaquatique auto-suffisante » pour les régions arides du globe où jamais plus il ne pleut. Elle envisage de développer des kits d'assemblage de son système de « potagers sous-marins » pour tous les pays côtiers, victimes de la sécheresse, qui ont aujourd’hui un besoin vital de cette innovation.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr