Des scientifiques américains ont conçu une mousse composite, à base d'acier et d'aluminium, capable d’absorber l'énergie cinétique des projectiles les plus puissants. Ultra léger, ce nouveau matériau permettrait de concevoir des véhicules blindés beaucoup moins lourds, plus agiles et économes en carburant.

Les chercheurs américains de l’Université de Caroline du Nord se sont, sans doute, inspirés des caractéristiques physiques indestructibles de Bob l’éponge, le personnage carré et spongieux, imaginé par le biologiste reconverti en dessinateur Stephen Hillenburg, pour mettre au point leur mousse blindée à l’épreuve des balles.

Le minimum requis pour tester l’efficacité de cette nouvelle matière, ne descendait pas en dessous du calibre 50, soit le summum des cartouches à large impact, perforantes ou explosives, couramment employées par les snipers et équipant les mitrailleuses lourdes de la plupart des armées du monde. Quinze ans de recherche ont été nécessaires pour mettre au point cette mousse composite, dont la structure est un assemblage savant entre des bulles d’air et des petites sphères métalliques creuses en acier inoxydable, titane, aluminium et des alliages de fabrication maison.

Lors de précédents tests, les scientifiques américains avaient déjà prouvé les performances de leur matériau, capable d’amoindrir les effets de la chaleur ou d’une déflagration. Leur mousse résisterait également aux rayons X et Gamma et protégerait les soldats contre les rayonnements mortels d’une bombe à neutrons, à la condition toutefois qu’ils se trouvent à distance raisonnable de l’explosion !

Vers des boucliers en mousse ?

Une nouvelle expérimentation confirme que cette mousse métallique coincée entre deux plaques, l’une en céramique placée à l’avant d’un dispositif de test et l’autre en aluminium, disposée à l’arrière, absorbe l’énergie cinétique de puissantes balles blindées. Ces essais ont été largement concluants, comme le démontre la vidéo du site Web de l’université. Un calibre 50 tiré à une vitesse de 514 m/s rebondit tout simplement contre l’appareillage, jusqu’à 819 m/s, la plaque arrière subie une légère déformation, mais bloque complètement les projectiles. « L’avantage d’un bouclier en mousse est qu’il pèse moins de la moitié du poids nécessaire pour atteindre le même niveau de protection des blindages traditionnels », argumentent les scientifiques.

Les engins militaires, une fois plus légers, amélioreraient ainsi leur manœuvrabilité tout en réduisant leur consommation de carburant. Les chercheurs envisagent, par ailleurs, de multiples applications pour leur mousse indestructible, comme des véhicules spatiaux bien plus résistants, des containers pour le transport de déchets nucléaires et de matières dangereuses. En revanche, des carrosseries qui transformeraient nos voitures en auto-tamponneuses ne sont pas du tout prévues par ces scientifiques à la fibre guerrière. Et c’est tant mieux ! La route ne risque pas de devenir ainsi un autre champ de bataille.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr