Jamais Israël n’a été gouverné par des dirigeants si conservateurs et si hostiles à tout compromis territorial en faveur des Palestiniens. La colonisation, qui contrevient au droit international, est désormais affichée et revendiquée. Récemment encore, l’armée a détruit des dizaines de maisons de bédouins, nous dira Guilhem Delteil dans son reportage. Mais le « camp de la paix » israélien n’a pas totalement disparu de la scène politique, et des initiatives existent encore pour défendre le droit de tous à la justice et à l’égalité. C’est le sens de l’article de Karine Lamarche, publié dans le numéro 48 de la revue Moyen-Orient.