Le guitariste Camel Zekri revisite le répertoire de Béla Bartók, lequel s’est inspiré dans les années 1920 des chants du désert algérien où officiait, la boucle est bouclée, le grand père du guitariste. Quant au Libanais Wael Kodeih, il mélange des morceaux de musiques du Moyen-Orient avec des extraits de films d’époque, qui donne un spectacle Trans-générationnel très visuel et extrêmement dansant.