Jusqu’au début du XXème siècle, les amputations ont été pratiquées dans un contexte de risque vital pour sauver la vie du blessé. Aujourd’hui, les progrès de la médecine et de la chirurgie ont permis de limiter le  nombre de ces amputations, notamment en situation d’urgence. La décision n’est plus toujours le fait d’une nécessité absolue, mais peut éventuellement présenter un meilleur résultat fonctionnel.

Comment se déroule une amputation ? Pourquoi les amputations sont-elles fréquentes chez les sujets diabétiques? Qu’est-ce que la douleur du membre fantôme ? À quel moment doit-on débuter la rééducation ? Comment vivre avec une prothèse ?
Dr Patrick Knipper, chirurgien spécialiste en Chirurgie plastique et en Chirurgie de la main à l'Hôpital Européen Georges Pompidou de Paris.  Président d’Interplast-France Chirurgie Sans Frontières, ONG de chirurgie réparatrice dans les pays en voie de développement Maurice Mabanza, prothésiste, directeur adjoint de CPH-KIKESA, centre professionnel pour handicapés. KIKESA signifie courage, force, détermination de vaincre un obstacle à Kinshasa en RDC Anareme Kpandressi, orthoprothésiste de formation, responsable pédagogique du Département de formation de l'École nationale des auxiliaires médicaux de Lomé (Enam) à Lomé au Togo, et membre du Bureau fédéral de la Fédération africaine des professionnels de la réadaptation (FATO). L'École de Lomé est la seule structure de formation en Afrique francophone reconnue par la Société internationale des orthoprothésistes qui fabrique les prothèses dans différents services d'appareillage et de rééducation en Afrique Maëlle Lintz, amputée à l’âge de 14 ans à cause d’un cancer des os à la cheville. Elle a remporté 2 médailles de bronze, lors des European Para Youth Games en natation handisport à Helsinki, en Finlande.