La pandémie actuelle a montré que le risque infectieux était loin d'appartenir au passé. Et aujourd'hui, des règles d'hygiène élémentaires sont martelées comme méthodes essentielles pour limiter les transmissions.

Nous allons dresser un état des lieux des comportements et des connaissances en matière d'hygiène et d'impact sanitaire. Mais aujourd'hui encore, les êtres humains sont inégaux face à l'hygiène, comme ils le sont en matière d'éducation, de logement, d'alimentation ou d'accès aux soins.
Pr Didier Pittet, chef du service de prévention et contrôle de l'infection aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), directeur du Centre collaborateur pour l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour la santé des soins.Georges Vigarello, historien spécialiste de l'histoire de l'hygiène, de la santé, des pratiques corporelles. Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et auteur de « Le propre et le sale : l'hygiène du corps depuis le Moyen-Âge » (Seuil)Alexandre Giraud, directeur général de Solidarités InternationalReportage de Laetitia Bezain à Madagascar.
En fin d'émission, nous donnons la parole au Pr Antoine Pelissolo, professeur de Psychiatrie et chef de service à l'Hôpital Henri Mondor, à Créteil, en région parisienne. Il est co-auteur d'une tribune parue dans le journal Libération pour "Un plan d'urgence massif pour la psychiatrie publique".