Elle agite les milieux laïcs et religieux, pour des histoires de croix
La première affaire, dont fait grand cas ce matin le journal Libération, concerne la commune de Ploërmel, en Bretagne, dans l’ouest de la France. C’est l’histoire d’une croix érigée au-dessus d’une statue de Jean Paul II. D’ardents défenseurs de la laïcité, qui se présentent comme des « libres penseurs », ont en effet déposé plainte contre la présence de ce symbole religieux sur la voie publique. Alors, oui, « affaire », car le Conseil d’Etat leur a donné raison, provoquant aussitôt la grogne de certains milieux catholiques.
La seconde, évoquée ce matin par Le Parisien, concerne le cimetière de la commune de Prinçay, dans le département de la Vienne, centre-ouest de la France. Sur la grille d’entrée du cimetière, une croix chrétienne d’une vingtaine de centimètres. Il y a trois ans, un citoyen, dont le père est inhumé dans ce cimetière, a saisi la justice administrative. Laquelle vient de lui donner tort. Et le cimetière de Prinçay « peut garder sa croix », souligne Le Parisien, car sa présence ne contrevient pas à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat.
Une querelle apparemment digne de Clochemerle, mais pas que…
Comment les croix de Ploërmel et de Prinçay ne peuvent-elles pas, en effet, rappeler Clochemerle, ce roman satirique (signé Gabriel Chevallier) dans lequel les habitants d’un village se déchirent au sujet de l’installation d’un urinoir près de l’église ?
Voilà pourquoi le journal Libération tente de désamorcer cette « tempête dans un bénitier ». Car soucieux de laïcité, ce quotidien soupçonne certains milieux catholiques de souhaiter « établir, ou rétablir, au nom d’une identité française marquée par la chrétienté, la prédominance psychologique, symbolique, et peut-être juridique, de la religion catholique en France ».
Alors Libé prévient : « Si l’on affaiblit la laïcité, (…) on offre un argument en or aux zélateurs des autres cultes (…) En lieu et place de principes universels qui protègent tout le monde, on débouchera sur un affrontement qui sera tranché non par le droit ou l’équité, mais par un simple rapport de force ».
On l’a vu récemment dans une autre récente controverse concernant l’islam. Et ça n’est pas prêt de s’arrêter car ce matin, Jean-Luc Mélenchon s’en prend vivement à Manuel Valls
Etant rappelé que ce dernier a récemment déclaré qu’« il y a (selon lui) un problème avec l’islam », Jean-Luc Mélenchon dénonce vivement ce qu’il appelle une « position d’extrême-droite » de Manuel Valls. A la veille de la convention de son mouvement, qui va se tenir cette fin de semaine à Clermont-Ferrand, dans le centre de la France, la figure de proue de La France insoumise accuse l’ex-Premier ministre socialiste d’être « entré dans une logique dangereuse pour le pays. Maintenant, (Manuel Valls) pousse à la guerre contre une religion », dénonce Jean-Luc Mélenchon dans Le Parisien.