Catherine Colonna le confirme au journal Le Parisien Dimanche : « deux autres compatriotes (…) sont également détenus » en Iran, ce qui porte à sept le nombre de ressortissants français détenus dans ce pays. Dans ce journal, la ministre des Affaires étrangères demande la « libération immédiate » de ces sept Français ou Franco-Iraniens ainsi que l’accès pour eux à « la protection consulaire ».

La chef de la diplomatie française confirme également ce vrai coup de froid diplomatique sur les versants franco-italiens des Alpes résultant de l’accostage en France du navire humanitaire Ocean Viking, l’Italie lui ayant refusé l’accès à ses ports. « Si l’Italie persiste, il y aura des conséquences », prévient Catherine Colonna dans Le Parisien Dimanche.
Moi, présidente (Marine Le Pen)
À la Une également : Marine Le Pen. Loin de craindre une éventuelle dissolution de l’Assemblée nationale, l’ancienne présidente du Rassemblement national assure ne pas souhaiter être Première ministre. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Marine Le Pen rappelle qu’elle vise la présidence de la République et qu’elle ne souhaite donc pas « être Première ministre ». Elle, présidente, « n’accepterai(t) pas que ces bateaux de passeurs débarquent des migrants chez nous », déclare encore Marine Le Pen dans Le JDD.
Terrorisme, la menace constante
Aujourd’hui, 13 novembre, sept ans jour pour jour après les attentats de Paris. Des cérémonies d’hommages à leurs victimes sont prévues ce dimanche. Et pour trois Français sur quatre, la menace terroriste demeure élevée. Selon un sondage Ifop publié par le site du Journal du dimanche, 76 % des Français le pensent, contre 24 % qui pensent le contraire. Des craintes chiffrées « en baisse » depuis novembre 2020 et l’assassinat de Samuel Paty, souligne Le JDD.
Les dégâts de la marine
Avant-hier, 11 novembre, c’était plutôt l’armistice de la Première Guerre mondiale que la France commémorait… Sondage Odoxa pour Le Figaro à l’appui, nous indiquions alors que l’immense majorité des Français aimaient leur armée. Ceux-là seront probablement consternés de découvrir à quel point les équipements de vie de cette armée tant aimée sont souvent délabrés.

Une enquête de L’Express le souligne, « malgré l'augmentation du budget de la Défense, les militaires évoluent dans des conditions de vie et de combat parfois indignes ». Entre autres exemples signalés par le magazine, ce réserviste qui assure que « les chasses d'eau des toilettes du Charles-de-Gaulle sont hors service (…) Un porte-avions nucléaire qui coûte 800 milliards d'euros sans chasse d'eau qui fonctionne, forcément, ça fait bizarre, confie-t-il à L’Express. De quoi faire descendre Mars, dieu de la Guerre, de son paradisiaque Olympe.
Nous n’irons pas tous aux paradis
Les paradis, justement. Tout va très bien pour eux. « Eux », ce sont, bien entendu, les paradis fiscaux. C’est ce que dénonce Renaud Van Ruymbeke dans l’hebdomadaire L’Obs. Auteur d’un livre « coup de poing », intitulé Offshore, cet ancien juge, spécialiste des dossiers financiers, et qui a notamment instruit les affaires Boulin, Urba, Elf, Kerviel, Karachi, Clearstream ou Cahuzac, y rappelle qu’en septembre 2009, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, annonçait : « Les paradis fiscaux, c’est terminé. »

Treize ans plus tard, « les paradis fiscaux n’ont jamais été aussi florissants, se navre Renaud Van Ruymbeke dans ce magazine. Les circuits de blanchiment drainent de plus en plus d’argent. Ils assèchent littéralement les comptes publics de tous les pays. » Dans L’Obs, Renaud Van Ruymbeke signale que l’économiste Gabriel Zucman « évalue à 8 700 milliards de dollars les avoirs cachés via les sociétés offshore. Rendez-vous compte, s’effare l’ancien juge, cette somme correspond à un siècle d’impôts sur le revenu payés par les Français ! C’est tout aussi délirant que scandaleux… »
Les « histrions » du climat
Eux se scandalisent de la dégradation de l’environnement. « Eux », ce sont les activistes du climat. Le Point, L’Express, Marianne, Valeurs actuelles, Paris Match... C’est à se demander si tous ces hebdomadaires se sont donné le mot pour la hisser en Une, cette nouvelle génération d’activistes climatiques, adeptes de la désobéissance civile, qui multiplient les coups d’éclat ; qui en s’en prenant à des œuvres d’art dans les musées ; qui en bloquant la circulation aux heures de pointe ; qui en dégradant les greens de golfs ou en perturbant les représentations théâtrales...

Pour Paris Match, c’est la « génération coup de poing » ; pour Valeurs actuelles, ce sont les « bouffons du climat » ; quant aux « écolos radicaux » de la Une de Marianne ; ils deviennent les « ultra-radicaux » sur celle de l’hebdomadaire Le Point ; tandis que celle de L’Express estime qu’avec de telles actions, l’écologie « se saborde ». Mille sabords !