71 milliards d’euros, c’est le déficit commercial semestriel record de la France ! C’est d’autant plus grave que, sur le seul mois de juin, le déficit commercial a plongé de 13,3 milliards d’euros, « nouveau record mensuel », s’alarme Le Figaro.

Bien sûr, le gaz et le pétrole dont les cours se sont embrasés du fait de la guerre en Ukraine. Bien sûr, la baisse de l’euro face au dollar a alourdi la facture pétrolière. Mais pas que… et « la barre symbolique des 100 milliards d’euros de déficit annuel devrait logiquement être franchie à la fin de l’année », prévient Le Figaro.

« Il y a bien deux France », remarque ce quotidien. « D’un côté, des multinationales hyper rentables, de l’autre une balance commerciale archidéficitaire. La France des grands industriels qui voguent sur la mondialisation, défient les crises avec leurs usines partout sur la planète, et, plus loin, le bataillon des PME qui produisent partout dans le pays et peinent à vendre au-delà de nos frontières (…) le "made in France" a du plomb dans l’aile. »

Que faire ? « À Jupiter de devenir Hercule, et d’œuvrer pour nos usines, formule Le Figaro. Les travaux ne manquent pas ! ».
Mélenchon le Chinois met la Nupes sous tension
Différend public au sein de la gauche française. Jean-Luc Mélenchon ayant qualifié de « provocation des USA » la récente visite de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à Taïwan, certains de ses partenaires de la Nupes ont publiquement dénoncé cette prise de position. Un soutien de Mélenchon à la Chine « qui a eu pour conséquence de hérisser les poils de ses partenaires » au sein de la gauche, résume Le Parisien. C’est ainsi que le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts Julien Bayou a exprimé son désaccord avec Jean-Luc Mélenchon, quand le chef des Insoumis écrit que « Taïwan est une composante à part entière de la Chine » et que les Occidentaux doivent laisser « les Chinois » régler ça « entre eux ». Position avec laquelle le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a également pris ses distances.

« Jean-Luc Mélenchon va finir par devenir un problème pour les Insoumis, prédit, dans Le Parisien, un député ténor de la gauche. Leur position va devenir illisible. Ils soutiennent les Kurdes, les Yéménites, condamnent les dérives autoritaires d’Erdogan (le président turc), de Mohamed ben Salman (le prince héritier saoudien) mais sont aveuglés par l’anti-atlantisme de Mélenchon. »

Pour l’heure, les Insoumis « font bloc derrière le leader », souligne ce quotidien. « La législature qui s’ouvre dira si le groupe Insoumis s’autorise à dévier du mélenchonisme pur et dur. À réclamer, politiquement, une petite part d’indépendance », se demande Le Parisien.
Quand la justice défie Darmanin
Échec pour le ministre de l’Intérieur. Le tribunal administratif de Paris, hier, a suspendu l’expulsion d’un prédicateur réputé proche des Frères musulmans. Expulsion qu’avait pourtant annoncée Gérald Darmanin. « Il y a des semaines, comme ça… », soupire ironiquement Le Parisien, façon de souligner le désaveu infligé par la justice au ministre de l’Intérieur. Rappel des faits, tels que consignés par ce journal : « Mardi 2 août, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, Gérald Darmanin répliquait au député RN Sébastien Chenu en annonçant que le Maroc avait délivré un "laissez-passer consulaire" (…), pour "expulser manu militari" l’imam Hassan Iquioussen (…) Trois jours plus tard, le ministre de l’Intérieur a essuyé un revers », constate Le Parisien, après qu’en première instance, la justice administrative ait estimé que l’expulsion de l’imam porterait atteinte à son droit à mener une vie privée et familiale normale.

Gérald Darmanin ayant aussitôt annoncé faire appel devant le Conseil d’État, Le Parisien souligne que, « derrière cette affaire, se joue aussi une intense bataille politique », l’entourage du ministre prévenant que si le droit, en l’état actuel des choses, ne lui permettait pas d’expulser un prêcheur de haine, Gérald Darmanin n’hésiterait pas à proposer une « évolution de la législation pour permettre cette expulsion ».