Presque parfait, titre en une le quotidien sportif L’Equipe sur une photo de Giroud les bras levés vers le ciel entouré de ses coéquipiers.
« Les Bleus ont réussi un festival offensif face à l’Islande », 5 buts marqués dont 4 dans la première mi-temps, une première « ils auront la paix désormais au sujet de leurs entames de match difficiles », estiment nos confrères. « Didier Deschamps a trouvé son équilibre d’attaque ». Le journal examine une à une les prestations de Griezmann Giroud Sissoko ou Payet. Coup de chapeau au passage pour Samuel Umtiti. Première sélection sous le maillot des Bleus pour le jeune lyonnais qui a intégré le groupe des 23 sur le tard après le forfait de Jérémy Mathieu et… 100 pour cent de passes réussies hier soir face à l’Islande.
 
Les Bleus dans le dernier carré d’une grande compétition. C’est une première depuis la Coupe du monde 2006, la perspective est évidemment magnifique mais l’Equipe n’en perd pas la raison, car si les Français n’ont « pas eu de mal à éteindre le volcan islandais » hier soir au stade de France, jeudi à Marseille ils auront affaire ni plus ni moins à l’équipe championne du monde : L’Allemagne. « Maintenant, l’Everest », titre le journal… Parce que la Mannschaft, c’est d’abord « une défense en béton […] En France, poursuit L’Equipe, l’Allemagne gère ses matchs avec une rigueur remarquable, davantage encore qu’au Brésil il y a deux ans » …L’Allemagne qualifiée pour les demi-finales des six derniers tournois majeurs qu’elle a disputés, mais, qui, on se redonne espoir comme on peut – « n’est allée en finale qu’à l’Euro 2008, elle avait été battue par l’Espagne et au Mondial 2014, qu’elle avait emporté »
 
La disparition de Michel Rocard
 
« La gauche moderne orpheline », titre Le Figaro.
« Une gauche d’avance », c’est la Une de Libération.
C’est la « Disparition d’un emblème de la gauche », pour Les Echos.
« L’homme du parler vrai s’en est allé », affirme La Croix… L’éditorialiste du quotidien rend hommage à « l’homme du temps long. Face au court termisme de la finance et du système médiatique il considérait comme indispensable que les gouvernants retrouvent le sens du temps long. Ce souci de l’inscription dans la durée de l’action publique est certainement une des raisons de sa propre longévité politique et de l’hommage unanime qui lui est rendu. »
 
Le Figaro revient sur sa rivalité avec François Mitterrand, « le duel le plus emblématique de la vie politique française depuis la seconde guerre mondiale ». « Mitterrand aimait les lettres et se complaisait dans le passé, Rocard jonglait avec les chiffres et ne s’intéressait qu’à l’avenir… Le premier avait une vision purement esthétique de la politique le second en avait une conception essentiellement éthique… Comme Pierre Mendès France avant lui. »
 
« Un weekend à mourir » titre Libération et à la Une du journal, Michel Rocard donc mais aussi le poète Yves Bonnefoy, le cinéaste Michael Cimino et l’écrivain Elie Wiesel dont on a également appris la disparition ces dernières 48 heures. Le quotidien raconte comment Wiesel, rescapé d’Auschwitz a trouvé sa voie d’écrivain, grâce à celui qu’il appelait « le grand François Mauriac » « l’écrivain français l’encourage […] il se battra aussi pendant des mois avec des éditeurs français et américains pour que le premier manuscrit de Wiesel, puisse être publié ». Et il le sera en 1958, ce livre c’est La Nuit. « Elie Wiesel y raconte sa première nuit à Auschwitz, et la vision cauchemardesque de nourrissons jetés vivants dans un fossé en flammes », la vision de son père qui meurt sous ses yeux d’adolescent. Libération rappelle que le titre original de La Nuit, c’était en Yiddish Et le monde se taisait.
 
Manuel Valls en Corse : « Bras de fer en vue », selon Le Parisien
 
« Le premier ministre est attendu sur l’ile de Beauté par des élus arcboutés sur leurs revendications après leur triomphe aux régionales de décembre » On se souvient des propos de Jean Guy Talamoni le président de l’Assemblée de Corse : “la France est un pays ami”. « Les nationalistes poursuit le journal attendent Valls de pied ferme mais sur la plupart de leurs revendications prévient le journal « c’est non » […] « la Corse a une place dans la République prévient son entourage mais Manuel Valls parlera aussi de la place de la République et de l’Etat en Corse »
 
Aminata Traoré : une candidature pour une ONU proche des peuples
 
Aminata Traoré à L’Humanité : une candidature pour une ONU proche des peuples. C’est un long entretien que l’ancienne ministre de la Culture du Mali accorde au Quotidien. Amniata Traoré candidate à la succession de Ban Ki-moon à la tête des Nations-unies. « Ma candidature, dit-elle, est un plaidoyer pour une ONU proche des peuples, à leur écoute. »