Le chiffre barre la manchette de Libération : « 50 millions (ou presque) » de personnes en France qui ont reçu au moins une première injection de vaccin contre le Covid-19. « Alors que près de 60% de la population se disait réticente à la fin de l’année dernière, la France affiche désormais l’une des plus fortes couvertures vaccinales au monde. Un satisfecit pour l’Elysée, pointe Libération, malgré de fortes inégalités. »

Et « objectivement, le coup de gueule d’Emmanuel Macron, le 12 juillet, a payé, reconnait le journal. On peut regretter qu’il faille des contraintes pour pousser certains dans les centres de vaccination mais les faits sont là : alors que beaucoup hésitaient voire rechignaient à prendre rendez-vous, l’annonce de l’instauration du pass sanitaire a provoqué un véritable sursaut, puis une ruée vers l’indispensable sésame. (…) Pour autant, il reste de gros loupés, relève encore Libération, dont certains ont eu des conséquences tragiques. Par exemple en outre-mer, véritable angle mort de cette politique vaccinale pour des raisons à la fois locales mais aussi nationales. Par exemple auprès des plus de 80 ans illettrés ou isolés que l’administration a purement et simplement oubliés ou délaissés. Une situation qualifiée d’"urgence sanitaire" par le Conseil scientifique. Il reste donc un peu de chemin à faire. »
Présidentielle : la droite à la traîne…
La présidentielle de 2022 à la Une du Figaro, avec ce constat : « sans candidat désigné, la droite prise de vitesse ».

Le Figaro qui s’agace : « et si la droite, enfin, se réveillait ? Primaire, congrès, tirage au sort, courte paille, pile ou face, chifoumi… Faites comme vous voulez, mais, de grâce, implore le journal, décidez-vous et sans tarder ! La politique a horreur du vide. À force d’atermoiements, de tergiversations, de batailles d’ego, de déclamations définitives, la droite subit à bâbord le grignotage d’Emmanuel Macron, à tribord celui d’Éric Zemmour et de Marine Le Pen. (…) Nos multiples prétendants ne manquent pourtant ni d’ambition ni de tempérament, mais leur interminable surplace les empêche de déployer une vision, brouille toute initiative, annihile la moindre proposition. LR n’a plus le choix, prévient Le Figaro. Cette campagne doit être celle du sursaut - la victoire est encore à portée de vote -, sinon ce qu’il reste de ce parti sera dépecé sans pitié. »
Sous-marins : l’Australie casse le contrat avec la France
À la Une également : « le contrat du siècle en péril », s’exclament Les Échos. « Dans un retournement de situation imprévu, le premier ministre australien Scott Morrison a annoncé sa volonté de mettre fin au "contrat du siècle" conclu il y a six ans avec la France pour l’achat de 12 sous-marins, afin de s’inscrire dans une nouvelle alliance militaire avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Et de leur acheter des sous-marins à propulsion nucléaire. (…) C’est la scène finale d’une saga XXL, qui se termine par un écran noir pour Naval Group et l’industrie de défense française », déplore le quotidien économique. Pourtant au départ, les Australiens ne voulaient pas de propulsion nucléaire… mais, expliquent Les Échos, « la montée des tensions en mer de Chine, et les embargos successifs imposés par la Chine sur les exportations de charbon australien à la suite des déclarations de l’Australie sur la nécessité d’enquêter mieux sur les sources chinoises du coronavirus, tout cela a changé les perceptions de Canberra. (…) Pour la France, c’est un vrai coup de Trafalgar. »
Poussif le PSG…
Enfin, « fantomatique », lance L’Équipe en première page. « Fantomatique » ce PSG hier soir pour sa première sortie en Ligue des Champions, tenu en échec un but partout face à Bruges. « Le PSG n’avait rien de galactique. Souvent balloté, il a concédé un triste nul. (…) Messi timide, Neymar décevant, Mbappé blessé : une blague, on espère », s’exclame le quotidien sportif.

« Les Galactiques ont fait pschitt… », renchérit Le Parisien. « Associés pour la première fois en attaque cette saison, Messi, Neymar et Mbappé n’ont pas brillé. Aucun des trois n’a marqué et ils se sont peu trouvés. La MNM est encore un vaste chantier. »

Et finalement, le meilleur joueur parisien aura été le gardien, c’est tout dire… « Navas sauve un PSG décevant », titreLe Figaro. « Derrière une défense peu sereine, le portier costaricien a su rester imperturbable dans sa cage en repoussant plusieurs tentatives dangereuses. » Au total 6 arrêts… Pour les parisiens, l’addition aurait pu être beaucoup plus salée…