Le ministre de la Santé français laisse désormais entrevoir les prémices d’une sortie de crise sanitaire en France. « Nous sommes clairement sur la bonne voie (…) il y a des raisons d’être optimiste », dit Olivier Véran au Parisien Dimanche. Après qu’Emmanuel Macron l’ai laissé entendre, le ministre de la Santé évoque dans ce journal la possibilité « d’alléger progressivement les restrictions », allègement qui « pourrait inclure le passe sanitaire ». 
Petite alerte pour Emmanuel Macron. La cote de popularité du président a fléchi ce mois-ci
Selon un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche, Emmanuel Macron perd trois points dans ce baromètre mensuel, passant de 41% à 38% de satisfaits. « C’est une petite alerte, mais tout de même significative », estime Le JDD. Le Premier ministre Jean Castex perd, lui, quatre points, passant de 40% à 36% d’opinions favorables. 

Politique encore, avec le réputé très europhile Michel Barnier qui en a surpris plus d’un en déclarant récemment que la France devait recouvrer sa « souveraineté juridique » puis en écrivant dans un tweet qu’il ne voulait plus que les Français soient « soumis aux arrêts de la Cour de Justice de l’Union européenne ou de la Cour européenne des droits de l’homme ». 

L’ancien ministre chiraquien, candidat à l’investiture de LR pour la prochaine élection présidentielle, a ainsi surpris l’hebdomadaire Marianne. Lequel magazine s’étonne de la « soudaine conversion » de l’ancien commissaire européen que fut Michel Barnier, et qu’il lui ait fallu « souffler ses 70 bougies pour commencer à découvrir la réalité du piège européen ». Marianne s’étonne encore que l’ancien ministre des Affaires européennes du gouvernement Juppé « dénonce des abandons de souveraineté qu’il a négociés » et rappelle que, « encore récemment, le même Michel Barnier était de ceux qui traitaient de tous les noms ceux qui disaient ce qu’il dit aujourd’hui ». 

Bien sûr, ce pavé dans le marigot européen ainsi lancé par Michel Barnier peut se comprendre à la lumière de sa candidature à l’investiture des Républicains pour la prochaine élection présidentielle. Mais comme le souligne Le Canard Enchaîné, sa « volte-face a provoqué la consternation à Bruxelles ». Aussi, dans l’hypothèse où la candidature de Michel Barnier ne prospèrerait pas, l’hebdomadaire satirique lui suggère de « tenter sa chance à Londres, où Boris Johnson, pas rancunier, lui trouvera un petit job » !
Lionel Jospin s'exprime sur la présence française au Sahel
C’est dans ce même magazine que Lionel Jospin est cette semaine de retour. L’ancien Premier ministre socialiste y évoque notamment la question du départ de la France du Sahel. Sa parole étant rare, elle porte d’autant plus. Pour Lionel Jospin, il faut que les interventions militaires françaises à l’extérieur « s’inscrivent dans des temps limités et obéissent à des buts de guerre clairs et accessibles ». Selon l’ancien Premier ministre socialiste, la France « devra » partir du Sahel. « Il faudra partir, en choisissant bien le moment et en pesant toutes les conséquences de notre départ », dit-il à Marianne.
Journée du Patrimoine en France
Cette fin de semaine en France, ce sont les journées du patrimoine. L’occasion pour les Français de visiter des sites qui leur sont inaccessibles le reste de l’année, et dont ils s’enorgueillissent souvent. 

Et même davantage, car, comme le remarque L’Express, le patrimoine est un « sujet hautement inflammable » parce qu'il touche « une zone sensible, intime même, de l'identité commune ». C’est un « testament » qui « oblige ses héritiers, anciens et nouveaux, et par-là même contribue à cimenter les peuples ». 

Après son incendie, fallait-il reconstruire Notre-Dame de Paris à l’identique ou lui adjoindre une flèche post-moderne ? Comme l’explique L’Express, « la sempiternelle querelle entre anciens et modernes, conservateurs et innovateurs (…) façonne, par un jeu de tensions et d'équilibre sans cesse renouvelé, la chair des nations ».

Les Français, cette fin de semaine, visitent les palais de la République ou les vieilles pierres ? Le Figaro Magazine s’intéresse cette semaine à ceux qui, en permanence et non-pas le temps d’un week-end, « habitent un monument historique ». Ici, un astronome professionnel qui, des étoiles plein les yeux, vit depuis une quarantaine d’années à l’Observatoire de Haute-Provence ; là, le conservateur de l’Abbaye de Port-Royal des Champs, qui habite ce haut-lieu janséniste où planent encore l’ombre de Jean Racine et celle de Blaise Pascal ; plus loin, ce couple qui veille nuit et jours sur les morts du cimetière du Père-Lachaise, à Paris… Dans Le Fig Mag, la liste est longue de ces sentinelles du patrimoine qui ont fait de leur vie une aventure monumentale.