Boisson la plus consommée au monde, le thé porte dans son histoire et ses usages les ferments de l’aventure et du voyage, de l’Orient à l’Occident. Le thé, c’est aussi l’indispensable compagnon de route de l’autrice française Lucie Azéma qui lui consacre un ouvrage érudit et personnel, dessinant au passage une philosophie de poche du voyage, entre errances et escales.

Depuis longtemps, au fond d’une tasse à thé, il y en a qui cherchent à lire un certain état du monde à travers les feuilles flottant au fond du bol. On connaît surtout cette pratique divinatoire pour le café, mais elle existe aussi pour le thé. Depuis qu’elle est en âge d’en boire, Lucie Azéma, qui vit désormais entre la Turquie et la France après avoir vécu en Inde, en Iran ou au Liban, voit au fond de sa tasse de thé des routes et des cartes déployées, des caravelles et des porteurs, des caravanes et des empereurs, des voyageurs, des voyageuses et des ailleurs…

Ce monde d’aventure(s), bonne ou mauvaise, elle nous le livre dans son dernier livre « L’usage du thé, une histoire sensible du bout du monde », savant mélange de thés et de voyage, de récits intimes et de grande histoire autour de ce breuvage millénaire, d’instants suspendus, nomades ou immobiles, d’altérité et de retour à soi, une dialectique subtile qui va bien à son autrice, grande voyageuse et amatrice de thé elle-même.

Après avoir écrit un essai remarqué, traduit en plusieurs langues « Les femmes aussi sont du voyage, l’émancipation par le départ », on attendait avec impatience la suite que Lucie Azéma saurait donner à son premier livre qui offrait une vision féministe et enfin renouvelée du voyage, de ses récits et ses figures imposées. La suite, la voici donc : autour du thé et ses multiples routes et déroutes, de la province chinoise du Yunnan, berceau du thé aux rives du Bosphore, des salons anglais aux « chây-khâneh » iraniens en passant par les plantations de l’Inde ou de Ceylan où la colonisation anglaise l’a établi. Parce qu’il en va finalement de l’usage du thé comme du monde…

 

À lire :

  • « L’usage du thé, une histoire sensible du bout du monde ». Lucie Azéma. Éditions Flammarion. 2022

  • « Les femmes aussi sont du voyage, l’émancipation par le départ ». Lucie Azéma. Éditions Flammarion. 2021

  • « L’usage du monde ». Nicolas Bouvier. Dessins de Thierry Vernet. Editions La Découverte Poche. Réédition 2014

  • « Voyage d’une parisienne à Lhassa ». Alexandra David Néel. Editions Pocket. Réédition 2018

  • « La route du thé et des fleurs ». Robert Fortune. Editions Payot et Rivages. Collection Petite Bibliothèque. Réédition 2017.

 

À écouter :

  • Adieu Pénélope, pour une relecture féministe du voyage : échange avec Lucie Azéma en 2021, autour de son premier livre « Les femmes aussi sont du voyage, l’émancipation par le départ ».