Chaque année en France, aux beaux jours, ils et elles sont plus d’un millier à prendre leurs quartiers d’été en montagne, le temps d’une estive, avec leur troupeau. Ils et elles sont bergers, bergères : un métier rude et exigeant, un mode de vie singulier et fascinant, un monde pastoral universel et ancestral, que l’on sait exister là-haut, mais qu’en bas, l’on connaît souvent peu ou mal.

« Aller au-delà du pays », c’est le sens du mot transhumance et c’est le voyage qu’a fait Raphaëlle Constant dans les Alpes de Haute-Provence, dans les pas de Léa Coelho, une bergère souveraine à sa manière dans ses montagnes. À leurs côtés, 200 brebis, une centaine de chèvres et d’autres bergers comme Léa, en route pour des alpages à 1 500 mètres d’altitude, entre la Vallée du Verdon et de la Vaïre. Le monde pastoral change, se féminise, dit-on. Mais loin du mythe de la bergère, Léa et ses compagnons de route nous montrent la voie : celle d’un dialogue cohérent, généreux et indispensable entre l’homme et son environnement. Suivons-les !

Un reportage de Raphaëlle Constant.

En savoir plus :

  • La Maison de la transhumance en Provence

  • La Maison du berger et des cultures pastorales alpines dans les Hautes-Alpes

  • Le Centre d’études et de réalisations pastorales Alpes-Méditerranée dans les Alpes de Haute-Provence

  • L’association La Sarriette qui valorise la laine de brebis et les plantes des montagnes des Alpes de Haute-Provence.

 

À lire :

  • « Bergères en leurs alpages », d’Hélène Armand, Éditions Glénat

  • « Bergère », de Florence Debove, Éditions Transboréal

  • « Dans les pattes des moutons », une BD de Maiiva, Éditions la Cardère, et un film de Natacha Boutkevitch

  • « Un berger, des bergères, Nouveaux enjeux d’un métier en mutation » : une enquête de Guillaume Lebaudy (ethnologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales) et Julien Seghers (stagiaire INFOMA du Ministère de l’Agriculture), 2010.

(Rediffusion du 25 juillet 2021)