Dans une ville qu’on devine africaine, un homme de dos sur un scooter, une veste bigarrée rouge, noire, verte, blanche, tend le bras gauche, en signe de combat ou de salut.

Cette image, c’est l’affiche du festival Cinéma du Réel, le grand festival de documentaire qui reprend ses habitudes, avec du public, des réalisateurs invités, des masterclass, des rencontres, au centre Pompidou à Paris (et au Forum des Images en association avec le cycle Tigritudes).

Ce photogramme est tiré d’un des films de la programmation : Softie, un portrait de l’activiste politique kenyan Boniface « Softie » Mwangi filmé par Sam Soko.

Cette image donne la couleur du festival cette année, puisque c’est l’Afrique qui est conviée à travers des films de figures tutélaires, de documentaristes africains contemporains, de carte blanche aux programmateurs du continent.

Pour en parler, nous recevons Catherine Bizern, la déléguée générale du Réel, Alassane Diago, réalisateur de Les Larmes de l’émigration et Rencontrer mon père, ainsi que Parfait Kaboré, qui vient présenter, Après la révolte, ton vote, votre film tourné en 2015 sur la première élection démocratique au Burkina Faso, suivant le renversement de Blaise Compaoré.

 

À l’affiche de notre cinéma également cette semaine, nous feuilletons le journal du 7ème art, et puis nous faisons un tour, virtuel, à Tanger au Maroc avec Sido Lansari, le directeur de la cinémathèque créée il y a 15 ans.