Federico Fellini aurait eu 100 ans le 20 janvier 2020.  Cette année du Centenaire devait célébrer le grand génie du cinéma italien du cinéma mondial, l’égal, et le contemporain, de Bergman, Kurosawa ou Kubrick.

Avec une Palme d’or (en 1960 pour La Dolce Vita) et 4 Oscars du meilleur film étranger, Federico Fellini est l’un des réalisateurs italiens les plus primés. Dont l’influence est encore grande pour moult cinéastes.

2020 aurait donc dû être l’année de son retour en vogue. Mais l’épidémie de coronavirus en a décidé autrement.

Pas de célébrations au Festival de Cannes. Mais heureusement, il y a le Cinemed de Montpellier qui vient d’ouvrir les portes de ses salles de cinéma et projette les 23 films du Maestro restaurés par la cinémathèque de Bologne.

Nous recevons le directeur du festival Christophe Leparc, ainsi que le romancier Marco Caramelli qui a livré sa version littéraire de 8 ½ avec Un beau désordre (éditions Robert Laffont).

Nous sommes aussi en ligne de Rome avec le critique Aldo Tassone, qui a bien connu Fellini et qui publie un livre somme : 23 ½,  aux éditions Cinetecca de Bologne et avec Gianni Gremese, éditeur de Tout sur Fellini (éditions Gremese).