Tous les Cinémas du monde prend ses quartiers cannois pour vous faire vivre la 74ème édition du plus grand festival de cinéma au monde. Cela faisait un an et demi qu’on attendait ce moment, depuis l’annulation l’an dernier (2020), pour cause de pandémie de coronavirus, puis le report de l’édition qui aurait dû se tenir en mai.

On est donc de retour à Cannes et l’on retrouve ses repères : tentes blanches du village international (même si elles sont moins nombreuses que d'ordinaire), le soleil se fait plus mordant, on entend les cigales qui chantent sur le passage des festivaliers.

Les festivaliers en smoking ou robes du soir qui croisent les touristes en maillot remontant de la plage.

C’est une image nouvelle : tout comme le masque sur le tapis rouge, ou le QR code attestant d’une vaccination complète ou d’un test PCR négatif que l’on doit présenter pour entrer dans le palais.

Nous recevons sur le studio de RFI, installé, comme chaque année sur le pavillon des Cinémas du monde, nos partenaires : la Quinzaine des réalisateurs, et son délégué général Paolo Moretti, la Semaine de la critique avec Charles Tesson, et Constance Meyer, dont le premier long-métrage Robuste (avec Gérard Depardieu en acteur fatigué et Deborah Lukumuena en agente de sécurité) a fait l'ouverture de la Semaine de la critique.

Les invités

Pauses musicales : So may we start (The Sparks, issu de la bande originale d'Annette), Be my baby (Vanessa Paradis, que l'on entend dans le film Le genou d'Ahed, de Nadav Lapid) et When you're a French director (The Sparks).