Alors que les salles de cinéma sont fermées depuis la mi-mars 2020, et ne rouvriront pas avant quelques mois, certains films sortent sur internet, en e-cinema. C'est le cas d'un très beau documentaire, intitulé «Sankara n'est pas mort», disponible sur le site 25e heure.

Lucie Viver, dont c'est le premier long-métrage, suit un poète burkinabè d'une trentaine d'années qui explore son pays à la découverte de l'héritage de Thomas Sankara.Bikontine était dans les rues, ces jours de soulèvement populaire d'octobre 2014. Lucie Viver a eu envie de le suivre, trois ans plus tard, arpenter le Burkina Faso du sud au nord et d'ouest en est, empruntant l'unique voie ferrée du pays de Beregadougou jusqu'à Kaya en passant par Bobo Dioulasso, Bagassi et Ouagadougou.

Cette traversée en forme de road-movie permet de composer un portrait sensible du pays des hommes intègres et de l'héritage du charismatique capitaine révolutionnaire Thomas Sankara, arrivé à la tête du pays à la faveur d'un coup d'État en 1983, assassiné quatre ans plus tard. En quatre ans, le leader panafricanisme et anticolonialiste a mis en place des réformes structurelles, développant l'agriculture, l'industrie, les moyens de transport, ayant même le rêve de participer au programme spatial.

Avec Lucie Viver et Bikontine, tous deux joints par téléphone, découvrez la première bobine du film et voyagez au Burkina Faso, entre espoir et désillusions.

La bande annonce