Cette semaine, «Tous les cinémas du Monde» vous parle d’une légende du cinéma : Sean Connery, disparu le 31 octobre 2020. Il aurait pu être marin, maçon, garde du corps, il a même failli devenir vernisseur de cercueils, lui qui était né dans une famille modeste, fils d’un camionneur et d’une femme de ménage d’Edinburgh, mais le sort en a voulu autrement.

Le petit figurant qui courait le cachet dans l’Angleterre des années cinquante est devenu un sex-symbol mondial, et pas n’importe lequel : à la fois synonyme de virilité et de douceur, de raffinement et de brutalité tempérée par un humour jamais absent et cet accent écossais qui était sa marque de fabrique, qu’il joue un prisonnier rebelle chez Sidney Lumet, ou un moine perspicace dans « Le nom de la rose ».- James Bond contre Dr No, de Terrence Young- Marnie, d’Alfred Hitchcock- La colline des hommes perdus, de Sidney Lumet- L’homme qui voulut être Roi, de John Huston - Le nom de la rose, de Jean-Jacques Annaud.

Pour en parler : - Jean-Jacques Annaud - N.T. Binh, critique de cinéma, entre autres pour la revue Positif, et commissaire d’expositions. Et- Guillaume Evin, auteur de Bons baisers du monde (Éd. Dunod, coécrit avec Laurent Perriot).