Déjà miné par une crise économique et politique chronique, et frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus, le Liban doit faire face à des difficultés encore accrues depuis les explosions du 4 août dans le port de Beyrouth. Dénoncé comme corrompu, le système communautaire peut-il être réformé sans une meilleure répartition des richesses?