Le salon Napoléon nous rappelle que l’empereur des français s’installa à deux reprises dans l’ancienne chambre à coucher de Marie-Thérèse : lorsqu’il occupa Vienne en 1805 et en 1809. Le mariage en 1810 de Napoléon avec Marie-Louise, fille de l’empereur François II/Ier, le petit-fils de Marie-Thérèse, devait sceller la paix entre les deux puissances. Après la chute de Napoléon, Marie-Louise revint temporairement à la Cour de Vienne avec son fils. Dans la foulée du congrès de Vienne en 1814/15, elle obtint finalement le duché de Parme, à la condition toutefois de laisser son fils, le duc de Reichstadt, l’Aiglon, à Vienne. Sous l’instigation des puissances européennes, le petit « Prinz Franzi », comme on l’appelait à la Cour, devait à tout prix rester politiquement dans l’ombre et grandir isolé à la Cour de Vienne sous la tutelle de son grand-père. Comme tous les Habsbourg de sexe masculin et conformément à la tradition familiale, l’enfant dut aussi apprendre un métier artisanal. Son portrait le représente en petit jardinier. Le Duc de Reichstadt est mort jeune, en 1832, à l’âge de 21 ans à la suite d’une maladie pulmonaire. Le buste le représente sur son lit mortuaire. Sur la console, vous voyez son animal domestique préféré, une alouette huppée. La salle suivante (salle 31), le salon des porcelaines, vous plonge de nouveau dans l’époque de Marie-Thérèse qui utilisait cette petite pièce comme salle de jeux et de travail. Les boiseries sculptées, laquées blanc et bleu, imitant la porcelaine, décorent les murs de cette pièce jusqu’au plafond. Entre les guirlandes sont insérés 213 lavis bleus, réalisés – et signés - par François de Lorraine et quelques-uns de ses enfants. Dans l’un des médaillons, nous reconnaissons la fille préférée de Marie-Thérèse, Marie-Christine, qui fut la seule des filles de l’impératrice à pouvoir épouser l’homme qu’elle aimait, le duc Albert de Saxe Teschen.


www.schoenbrunn.at | Download Tour-Guide (PDF)
© by Schloß Schönbrunn Kultur- und Betriebsges.m.b.H.