La vidéo du jour parle d’une population injustement considérée : les gauchers !

Si jamais vous vous posiez la question, eh bien non, je ne suis pas gaucher. Mais j’en ai plusieurs autour de moi, et je me sens donc en empathie avec eux, qui doivent sans cesse s’adapter à un monde conçu pour les droitiers, comme en témoigne d’ailleurs cette tasse avec l’anse à droite.

Premier point à repréciser concernant la préférence manuelle, il ne s’agit pas d’un trait binaire. Si la plupart d’entre-nous écrivent d’une seule main, il y a tout un continuum entre les « purs droitiers » et les « purs gauchers ». Le standard pour évaluer ceci est l' »Edinburgh Inventory », qui évalue notre préférence manuelle sur 20 actions, et permet de se placer sur une échelle allant de -10 (purs gauchers) à 10 (purs droitiers).

Oldfield, R. C. (1971). The assessment and analysis of handedness: the Edinburgh inventory. Neuropsychologia, 9(1), 97-113.

Les actions sont l’écriture, le dessin, l’usage de ciseaux, la brosse à dent, la raquette de tennis, la fourchette, le couteau, la cuillère, le balais ou le râteau, la distribution d’un jeu de cartes, la couture, l’ouverture d’une boite, l’utilisation d’une allumette, d’un club de golf, d’un marteau, d’un tournevis, etc.

Le graphique suivant montre la distribution de latéralité trouvée selon cette échelle, on voit qu’on est assez loin d’un monde de purs gauchers ou purs droitiers.

Mais l’analyse plus fine montre que la main avec laquelle on écrit est très prédictive de si on est « plutôt gaucher » ou « plutôt droitier ». Donc « binariser » ce trait sur la base de la main d’écriture est simplificateur, mais pas complètement absurde.

Une asymétrie intime

Il y a quand même une anecdote que je voulais vous partager mais que je n’ai pas réussi à caser harmonieusement dans la vidéo. Outre la latéralisation des organes, il existe une asymétrie qui est (parait-il) bien connue des tailleurs : au repos les hommes portent très majoritairement leur pénis à gauche (80%). Ca été étudié scientifiquement, voici les statistiques.

Et pour ceux qui voudraient en savoir plus, voici la publication de référence

Bogaert, A. F. (1997). Genital asymmetry in men. Human reproduction (Oxford, England), 12(1), 68-72.

Adaptationisme, rhésus et dérive génétique

J’avoue, j’ai un peu profité de cette vidéo pour faire passer quelques messages sur l’adaptationisme, et cette tendance à vouloir tout expliquer par la sélection naturelle, et notamment des traits psychologiques ou comportementaux. Dans le cas précis des gauchers, j’ai probablement poussé le bouchon un peu loin.

En effet le fait que le pourcentage de gauchers soit si constant dans la population semble indiquer qu’il y ait effectivement un équilibre de forces évolutionnaires à l’oeuvre. En effet si un trait donné est « neutre » sur la « fitness » d’une espèce, il va facilement subir des dérives génétiques, et varier significativement d’une population à l’autre. Et même, le polymorphisme (le fait qu’il y ait plusieurs variantes du trait) peut disparaitre dans certaines populations. Ca ne semble pas le cas pour les gauchers, donc on peut légitimement supposer que ce trait n’est pas neutre sur la fitness.

C’est d’ailleurs intéressant de regarder ce qu’il en est pour le rhésus. Pour ce dernier, on a semble-t-il effectivement des variations importantes d’une population à l’autre. Par exemple on a moins d’1% de rhésus négatif chez Amérindiens, mais 30 à 50% chez les Basques !

Et pour le rhésus, on a clairement des effets de sélection. En effet une mère négative ayant déjà eu un enfant positif peut avoir développé une immunisation qui mettra en danger de futurs enfants positifs. D’un autre côté, d’autres effets sont soupçonnés, qui peuvent expliquer la diffusion progressive du rhésus positif, alors que le rhésus négatif était certainement le trait primitif. Par exemple le rhésus positif semble protéger de certaines modifications de comportement et personnalité consécutifs à une infection à la toxoplasmose.

Novotná, M., Havlíček, J., Smith, A. P., Kolbeková, P., Skallová, A., Klose, J., … & Flegr, J. (2008). Toxoplasma and reaction time: role of toxoplasmosis in the origin, preservation and geographical distribution of Rh blood group polymorphism. Parasitology, 135(11), 1253-1261.

J’en profite pour préciser que la vision du rhésus comme un simple gène à 2 allèles est un peu simplifiée. Il existe en réalité plusieurs gènes, dont le principal est le gène RhD (c’est de ce dernier dont on parle en principe quand on ne précise pas), et ce gène existe en différentes variantes, et il en existe quelques unes minoritaires au-delà des deux principales. Je vous renvoie à l’entrée Wikipédia sur le rhésus.

Avantages et désavantages

Dans la vidéo, je n’ai pas pu mentionner la longue liste des hypothèses concernant les potentiels avantages ou désavantages que procurent le fait d’être droitier ou gaucher. On trouve quelques revues intéressantes qui font le lien vers des dizaines d’études. Le problème est que beaucoup de ces études sont restées relativement unique, et proposent des hypothèses qui sont difficiles à tester.

Llaurens, V., Raymond, M., & Faurie, C. (2009). Why are some people left-handed? An evolutionary perspective. Philosophical Transactions of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 364(1519), 881-894.

Deux idées que j’aime bien concernant un avantage résiduel à être gaucher : le fait que le cerveau des gauchers soit moins latéralisé (qui se traduit notamment par un corps calleux plus gros) peut justement être à l’origine d’une meilleure capacité à s’adapter à des situations nouvelles, pour lesquelles l’optimisation des droitiers n’est pas une force. En gros les droitiers se sont spécialisés, mais il reste encore quelques situations où être « plus généraliste » peut aider.

Un autre point que je n’ai pas mentionné : j’ai critiqué l’hypothèse selon laquelle l’avantage des gauchers au combat pourrait exercer une pression évolutive suffisante. Pour modérer un peu ce propos, je n’ai parlé dans la vidéo que des duels se soldant par la mort, mais il peut y avoir une situation plus courante : un combat pour l’accès aux femelles. C’est un cas classique dans la nature : la sélection sexuelle mène à développer des traits qui assurent le succès reproducteur, et notamment la capacité à se bastonner chez les mâles. D’où le développement de traits comme les cornes et bois, le dimorphisme sexuel en général.

Question ouverte pour moi : jusqu’à quelle moment dans l’évolution de la lignée humaine, les mâles se sont-ils battus physiquement pour l’accès aux femelles (de façon suffisamment significative pour exercer une pression de sélection non-négligeable) ? Si quelqu’un a des billes, je suis preneur.

Les animaux gauchers

Je l’ai dit, il existe plein d’études qui détectent plus ou moins de latéralisation chez nos amis les animaux. Ce sont des études difficiles, car autant chez l’humain le critère de « la main avec laquelle on écrit » est assez facile à juger, autant chez les animaux il faut trouver des situations permettant de faire cette analyse (pour se nourrir, par exemple).

Pour les singes, les études ont été beaucoup sujettes à controverse car l’observation de singes en captivité peut être entachée de l’influence humaine (les singes imitent les hommes).

Pour les kangourous, il semble que ce soient seulement les kangourous bipèdes qui présentent une asymétrie de latéralisation, mais pas les quadrupèdes.

Enfin pour les perroquets, je ne peux pas m’empêcher d’y voir un lien avec le fait que certains perroquets savent très bien imiter la voix humaine…mais je n’ai aucune bille sur cette hypothèse !

Concernant les chats, une publication a rapporté un résultat étonnant mais dont je n’ai pas trouvé de réplications : la préférence « manuelle » des chats serait très déterminée par leur sexe ! Les chats seraient gauchers tandis que les chattes seraient droitières.

Wells, D. L., & Millsopp, S. (2009). Lateralized behaviour in the domestic cat, Felis silvestris catus. Animal Behaviour, 78(2), 537-541.

Dernière précision dans ce domaine : j’ai parlé du fait que l’art pariétal révèle en partie la préférence manuelle de nos ancètres. En l’occurence, les mains que l’on trouve sur les murs sont plutôt des mains gauches, car elle sont faites en « pochoir négatif ». Nos ancètres posaient leur main gauche sur le mur et utilisaient leur main droite pour projeter (et/ou souffler) de la peinture dessus et autour.

Escargots et NODAL

Pour ceux qui veulent creuser la question des escargots qui tournent à l’envers (dits « senestres »), j’avais écrit un billet sur le sujet il y a pas mal d’années. Et l’histoire est amusante car dans ce cas précis, il y a un effet génétique subtile appelé « matrocline ». En gros l’enroulement de la coquille est déterminé par des protéines maternelles, et donc par le génotype de la mère. C’est à dire que l’enroulement de la coquille d’un bébé escargot est en quelque sorte un élément du « phénotype étendu » de sa mère.

Je vous renvoie à mon vieux billet sur le sujet !

https://sciencetonnante.wordpress.com/2011/01/13/senestres-les-escargots-qui-tournent-a-gauche/