C’est sous le Soleil de Provence que je vous emmène. Niché au cœur de la première région productrice de vin rosé AOC en France, le vignoble provençal s’étire entre mer et colline sur 200 kilomètres.  Dans les 5 000 exploitations des appellations Côte de
Provence, Coteaux d’Aix en Provence et Coteaux varois de Provence, les
vendanges touchent à leur fin. Bientôt, ce sera la mise en bouteilles. Bientôt,
le bruit des glaçons. Cette année 150 millions de bouteilles sortiront des fûts
contre 170 millions les meilleures années. La faute à l’aléa climatique et à l’incendie qui a ravagé cet été le massif des Maures.   Mandarine, mangue, melon, pêche, groseille. Le rosé et sa palette de couleurs évoquent instantanément l’été. Mais depuis une dizaine d’années, le rosé se déguste hors saison estivale et plus seulement dans l’Hexagone.   

Devenu tendance, le rosé s’arrache sur les marchés. Et dans cette constellation, le vin de Provence est la star incontestée. 38 % des rosés AOC français et 4,2 % des rosés du monde sont produits en Provence. Longtemps sur la 3e marche du podium, les ventes de rosé à l’international explosent, + 6 % en volume en 2020, avec pour moteur les Etats
Unis mais aussi le Canada, le Royaume-Uni, l’Allemagne, et même l’Australie.   Le rosé serait-il en train de prendre sa revanche ?  Les investisseurs en raffolent, les célébrités lui déroulent le tapis rouge. En 2012, l’acteur Brad Pitt a acquis le domaine de Miraval, «
la vallée des merveilles », George Clooney celui du Canadel,
George Lucas, le domaine de Margüi.  La filière connait un boom mondial. Alors comment s’explique cette success story ?  Là où Alfred de Musset affirmait à George Sand,
« qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse », producteurs et négociants soignent le produit autant que le design et le marketing. Et pour assurer la promotion des rosés de Provence, le Conseil Interprofessionnel des vins de Provence (le CIVP) vielle à l’intérêt collectif de quelques 600 vignerons et négociants.  

Directeur général du CIVP, Brice Eymard est mon invité. Dans cet épisode, nous allons parler vin, ingénieur agronome, promotion, marketing, dégustations, influenceurs, croissance à plusieurs chiffres, mais aussi transition écologique. Ou comment le rosé est passé de star de l’apéro à star des marchés mondiaux. C’est parti !   

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, ça m'aide beaucoup :)- ! 

Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet: surlemetier.com


Création Originale (Production, enregistrement, textes): Elvire CASSAN 

Texte et animation de cet épisode : Florence Creux-Thomas 

Archives INA