Le 19 mars 2015, le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo a célébré les 70 ans de la mort de Marcel Callo, ce rennais éducateur de rue mort en déportation à Mauthausen. En présence de Mgr Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes, et de l'adjointe au Maire de Rennes, a été inaugurée une fresque géante retraçant la vie de ce bienheureux. Cette oeuvre de street art a été réalisée par Mya, un jeune et talentueux artiste dont l'activité essentielle est aujourd'hui le graff. Passé par les Beaux-arts, Paul Dolléans de son vrai nom, se dit "respectueux des grands maîtres". Pour lui la fresque urbaine existe en fait "depuis Lascaux"...

 

©Diocèse de Rennes - Le 19 mars 2015, inauguration de la fresque dédiée à Marcel Callo, Rennes

 
Paul Dolléans n'est pas croyant, mais quand le diocèse lui a proposé de peindre la vie de Marcel Callo sur la palissade d'un chantier tout près de la place Sainte-Anne, il a tout de suite accepté. "Marcel Callo n'était pas que catholique, mais aussi rennais", explique-t-il. S'il dit ne pas se reconnaître dans le côté politique et souvent subversif du monde des graffeurs, Paul Dolléans manifeste un intérêt pour le "vivre ensemble". Le street art, sans doute plus que toutes les autres formes d'art, sensibilise au partage de l'espace urbain et de son patrimoine. "Je reste dans le respect, la volonté d'embellir", exprime le jeune homme.

 

©Diocèse de Rennes - Le 19 mars 2015, Paul Dolléans / Mya et Mgr Pierre d'Ornellas, Rennes

 
La fresque que Mya a réalisée avec l'aide de collègues retrace par ordre chronologique les moments forts de la vie de Marcel Callo. Un ancien scout, formé à la typographie, membre de la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne), il fut arrêté en Allemagne par la Gestapo et déporté. Pour un jeune artiste du XXIè siècle, ce qui marque dans la vie de cet homme c'est notamment "sa volonté de défendre ceux qui étaient dans le besoin". La dimension spirituelle de la vie de Marcel Callo, béatifié en 1987 par Jean-Paul II, fera l'objet d'un autre projet artistique, une fresque également mais en intérieur. Affaire à suivre.