Cette semaine, Antoine Honnorat rencontre Soeur Paësie, appelée "Maman Soleil" par les enfants des bidonvilles. Depuis son entrée au noviciat, chez les soeurs de mère Thérèsa, elle donne sa vie aux plus pauvres. Religieuse née en Lorraine, elle est à l'origine de La Famille Kizito, une communauté religieuse qui vient en aide aux enfants des bidonvilles.
 
Au coeur de la pauvreté

À seulement 15 ans, soeur Paësie ressent l'appel de Dieu. Quelques mois seulement après son bac, elle entre au noviciat chez les soeurs missionnaires de la Charité puis se forme en Pologne, encore communiste à l'époque. Après de nombreuses missions au Venezuela, à Washington et en Islande, elle pose ses valises en Haïti.

"Mon appel, comme soeur de mère Thérésa, a été au service des plus pauvres" raconte soeur Paësie. Pour elle, il y a de nombreuses formes pauvretés. Une forme plutôt "négative" liée à la possession matérielle et une forme plus "positive" comme dans les Béatitudes où le "pauvre" est un "coeur ouvert prêt à recevoir l'Amour de Dieu".
 
Le choc haïtien

Aprés avoir fait l'expérience de la pauvreté dans ses différentes missions, Soeur Paësie, va être marquée par la misère qui frappe les haïtiens. "C'était découvrir une forme de pauvreté que je n'avais jamais rencontrée auparavant, rencontrer des gens qui étaient dépourvus de tout, de nourriture, de vêtements, de soins médicaux" se souvient-elle.

Pourtant elle découvre aussi une "force", une "richesse" spirituelle extraordinaire au coeur de la pauvreté. 
Elle s'occupait, avec d'autres soeurs de mère Thérésa, d'un dispensaire où elles accueillaient des malades parfois "presque morts". Une situation d'urgence inédite pour Soeur Paësie.
 
La Famille Kizito

Pendant ses 18 années chez les soeurs de mère Thérésa, Soeur Paësie observe un nombre croissant d'enfants non-scolarisés, traînant dans les rues en proie à la violence. Elle ressent le besoin de les "protéger" notamment face aux ravages des gangs qui pullulent en Haïti. C'est ainsi que Soeur Paësie devient "maman soleil" pour les enfants du plus grand bidonville d'Haïti, Cité-soleil.

Elle fonde alors la communauté de la "Famille Kizito", qui est aujourd'hui composée de cinq soeurs. Kizito fait référence au plus jeune des martyrs d'Ouganda.
La mission de la Famille Kizito est d'accompagner les jeunes pour les sortir de la rue, tant au niveau de l'éducation, 1000 enfants scolarisés, que de la foi, notamment en rendant les sacrements plus accessibles.

 
 

Soeur PAESIE - Famille Kizito - entretien 1 from MOCHI Hervé on Vimeo.