Nous vivons de nouveau dans un «monde de chefs».